aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

À Fukushima Daichi, trois ans après la catastrophe

le Mardi 17 Décembre 2013 à 05:25
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 5 (3 votes)

DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE | Cela fait bientôt trois ans, que les ingénieurs de TEPCO tentent de reprendre en main la situation à la centrale nucléaire. Ils n'arrivent toujours pas à stopper les fuites d'eau contaminée stockées sur le site. Mais ils ont pu commencer certains travaux de démantèlement. Visite de cette centrale.

Visite de la centrale de Fukushima Daichi © IRSN - Recoquillé-Bression

C'est harnaché d'un masque et de chaussons de sécurité, depuis un bus que l'on peut parcourir la centaine d'hectare de ce site nucléaire. "Il ne faut pas prendre en photo ces containers", précisent les responsables de TEPCO qui organisent la visite.

Ce que l'on voit immédiatement ce sont les mille réservoirs gris qui ont été construits pour stocker l'eau qui sert à refroidir les réacteurs. Pour l'instant, il y a 300.000 m3 d'eau stockée sur place mais TEPCO prévoit de doubler cette capacité encore d'ici 2015. Même s'il ne sait toujours pas comment s'écoule l'eau des réservoirs jusqu'en contrebas sous les bâtiments réacteurs.

Depuis plus de deux ans, dans une cellule de crise, située sur les hauteurs de la centrale, des dizaines d'agents scrutent sur six grands écrans ce que leur indiquent les caméras de surveillance. Trente cinq mètres plus bas, au bord de l'eau, il y a ceux qui vont chaque jour travailler près des bâtiments qui ont explosés et où la radioactivité peut en quelques heures atteindre une dose fatale.

4.000 personnes travaillent chaque jour sur le site 

Quelque 4.000 personnes surveillent le site © / IRSN Recoquillé-Bression

"Au début il y a eu un peu de confusion parce que les travaux étaient compliqués. Souvent, on les faisait pour la première fois. Maintenant nous avons mis en place des meetings et des enseignements même pour les entreprises sous traitantes", explique Keiichi Yoshida, responsable des plannings chez TEPCO.

Il faut dire que chaque jour 4.000 personnes travaillent sur ce site dont une centaine d'entreprises sous traitantes. TEPCO commence  même à manquer de bras et devrait d'ailleurs reprendre des recrutements massifs dès l'an prochain.

0
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Où est le suivi sanitaire des travailleurs du site ? Combien de morts déjà au compteur ? Combien à venir ? Est-il vrai que les mafias japonaises aident au recrutement de pauvres bougres qui crèvent la bouche ouverte une fois irradiés ? Où en est la contamination des quartiers de Tokyo et de l'océan, puisqu'on a pêché des poissons largement radioactifs à des kms de la centrale ? Voilà le type d'information que nous attendons. Pas juste un enième article de type "on fait ce qu'on peut - dormez tranquille". . Il n'est pas nécessaire de relayer la propagande du gouvernement japonais - elle ne trompe personne.
aller directement au contenu