aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Chine-Japon : Pékin joue l'épreuve de force au large des îles japonaises contestées

le Mardi 18 Septembre 2012 à 07:25 mis à jour à 10:20
Par Sylvie Johnsson

La tension monte depuis plusieurs jours entre la Chine et le Japon autour d'un archipel que se disputent les deux pays. Ce mardi matin, les garde-côtes japonais ont repéré onze navires gouvernementaux chinois à proximité des îles administrées par le Japon et revendiquées par la Chine.

Au coeur du conflit, un archipel de petites îles appelées Senkaku par le Japon et Diaoyu par la Chine situées à 200 km au nord de Taïwan, et qui sont revendiquées par les deux pays. Une vieille affairerelancée à la mi-août après l'irruption de militants chinois sur un îlot considéré comme japonais. Et quand le 10 septembre dernier, Tokyo a annoncé le rachat à leur propriétaire privé de ces îlots implantés dans des eaux riches en poissons et en ressources gazières, cette décision a été prise pour une provocation.

Depuis trois jours, les manifestations anti-japonaises se multiplient en Chine, des manifestations parfois violentes, des usines ont été attaquées par la foule et des magasins incendiés. Des entreprises japonaises opérant en Chine ont préféré cesser leurs activités en attendant que la fièvre retombe. C'est le cas notamment des constructeurs automobiles, Toyota, Honda, Mazda ou encore Mitsubishi.

Manifestation devant l'ambassade du Japon à Pékin

Depuis, la tension n'a fait que monter. Et cette journée de mardi devrait être particulièrement tendue puisque c'est le jour anniversaire de l'invasion par le Japon de la Mandchourie en 1931.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés de nouveau ce mardi matin devant l'ambassade du Japon à Pékin, jetant des bouteilles d'eau sur la façade. Comme il est quasi impossible d'organiser des manifestations spontanées en Chine, celles-ci ont dû recevoir une approbation des autorités.    

De nouvelles manifestation nationalistes ont lieu ce matin à Pékin, reportage signé Philippe Reltien   

Lecture
 
Partager
Par Sylvie Johnsson
aller directement au contenu