aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Au Brésil, des indiens opposés à la construction d'un barrage obtiennent gain de cause devant la justice

le Mardi 14 Août 2012 à 23:29
Par Baptiste Schweitzer

Un tribunal fédéral brésilien vient d'ordonner la suspension des travaux du barrage de Belo Monte, au cœur de l'Amazonie brésilienne. Les indiens habitants dans la région de construction n'ont pas été consultés avant le début du chantier.

C'est le troisième plus grand barrage en construction dans le monde. Un édifice bâtit sur le fleuve Xingu en plein cœur de l'Amazonie brésilienne censé fournir 11% de la capacité électrique du pays. Il coute 13 milliards de dollars et inondera 502 km2 de terres.

Ces terres jouxtent un territoire indien et ces derniers s'opposent depuis le début à la construction du barrage. Si leur territoire ne sera pas véritablement inondé, sa présence risque de changer le mode de vie des communautés dépendant de la pêche pour leur subsistance.

Une décision historique 

Ainsi les indiens ont mené de nombreuses actions pour demander à ce que leurs droits soient respectés. Le Tribunal fédéral de la première région vient donc de rendre une décision ordonnant la suspension de ces travaux. Selon les juges, les populations habitants dans la région n'ont pas été consultées avant le début du chantier, mais après. Ce qui contrevient à la loi. Une décision qualifiée "d'historique" par la Antonia Melo, la coordinatrice du Mouvement Xingu Vivo. 

le barrage a acquis au fil des années une notoriété mondiale. Des célébrités se sont mobilisées, comme le chanteur Sting ou le réalisateur James Cameron. Lors du sommet sur le développement durable à Rio de Janeiro en juin dernier, le célèbre chef indien Raoni avait réclamé l'arrêt des travaux. 

Les indiens vont désormais devoir être auditionnés par les parlementaires avant que les travaux ne puissent reprendre. Reste que cette décision est susceptible d'appel par le consortium public Norte Energia. La première turbine doit toujours entrer en activité en 2015, la dernière en 2019. 

Par Baptiste Schweitzer
aller directement au contenu