Les électeurs américains appelés aux urnes... maintenant !

par mardi 25 septembre 2012 13:37
Dans un bureau de vote de Washington lors de l'élection de 2008
Hou Jun Maxppp

Le vote pour désigner le vainqueur du duel Obama/Romney aura lieu le mardi 6 novembre. Cependant, tous les électeurs ne sont pas obligés d'attendre le jour J pour voter. Dans beaucoup d'Etats, le vote anticipé a commencé. Il pourrait représenter 35% des électeurs.

Le premier débat télévisé
entre les deux candidats à la présidentielle américaine, Mitt Romney et Barack
Obama, n'a même pas encore eu lieu, que déjà, certains Américains ont voté.
Dans la plupart des Etats, tout le monde peut voter dès le mois de septembre, parfois
sans donner de justification. L'élection ayant lieu le mardi 6 novembre, durant
la semaine, il n'est pas forcément pratique de s'y rendre. 

Chaque Etat organise

Si l'élection est toujours
fixée le premier mardi du mois de novembre, chaque Etat décide du calendrier et
du mode de vote anticipé (la carte ici, en anglais).

Michael McDonald, professeur
à l'université George Mason, explique par exemple que "l'Indiana et le
Texas ont mis en place des bureaux de vote. Dans d'autres Etats comme l'Oregon
et Washington, les électeurs doivent envoyer leur bulletin par courrier à
partir du 19 octobre"
. Les personnes qui vivent en Caroline du Nord ont
pu quant à elles commencer à voter par correspondance le 6 septembre.

De plus en plus d'électeurs
anticipés

En 2008, environ 30% des
électeurs avaient voté en avance, une forte augmentation par rapport à 2004
(20%). Selon Michael McDonald, la
proportion pourrait atteindre 35% cette année. Dans l'Ohio et la Floride, deux
Etats clés, les républicains s'attendent même à un taux allant jusqu'à 45%.

Il est difficile de savoir qui sont ces électeurs anticipés, mais selon le
Census Bureau survey (l'équivalent américain de l'INSEE), ceux qui vont le plus
voter sont les "Américains Blancs"

"Allez voter en avance" (Obama)

Les campagnes démocrates et républicaines s'adaptent
au vote anticipé. Une fois que les gens ont voté par avance, "les équipes de
campagne raient leurs noms de la liste des électeurs à mobiliser et se
concentrent sur d'autres groupes"
, raconte Michael McDonald. Début
septembre, Barack Obama a par exemple évacué avec humour le sujet auprès d'un public
qui lui est de toute façon acquis : les étudiants (66% des 18-29 ans ont
voté pour lui en 2008). Dans l'Ohio en septembre, il rappelé aux jeunes : "Vous les jeunes,
allez voter en avance car vous n'allez peut-être pas vous réveiller le
jour de l'élection (...) En votant en avance, vous pourrez passer le reste du
temps à aider les autres à voter".

Les républicains se
réveillent

En 2008, Barack Obama avait
eu une campagne agressive concernant le vote anticipé. Dans tous les Etats où il se rendait, ses déplacements coïncidaient
avec le calendrier du vote anticipé, les meetings avaient lieu près des bureaux,
et il distribuait des autocollants "j'ai voté". A l'inverse, le
candidat républicain de l'époque, John McCain s'y était pris très tard, une
semaine avant le jour de l'élection.

En 2012, le candidat
Mitt Romney ne veut paq répéter pas l'erreur. "Le vote anticipé faisait entièrement
parti des primaires républicaines"
explique Michael McDonald. L'équipe de
campagne républicaine pense que d'ici la fin du mois d'octobre, le vainqueur
pourrait être déjà désigné dans au moins quatre Etats clés : Floride,
Caroline du Nord, Nevada et Colorado (ce qui représenterait 59 des 270 votes
obligatoires pour gagner l'élection).