Le quotidien des rebelles syriens : retour de reportage d'Etienne Monin

par Rédaction de France Info lundi 27 août 2012 23:08, mis à jour le mardi 28 août 2012 à 11h01

[Vidéo] Etienne Monin, journaliste à France Info, s'est rendu ces dernières semaines dans le nord de la Syrie. Il a pu côtoyer les rebelles qui luttent contre le régime de Bachar al-Assad. Des combattants "sous-équipés" qui ne "doutent pas" de la justesse de leur combat.

Etienne Monin le raconte, il a pu travailler dans le Nord de
la Syrie
. "Une frontière s'est ouverte dans le pays et on a pu rentrer
légalement. Les insurgés vous apposent un tampon sur le passeport"
,
explique le journaliste de France Info.

Sur place, dans les zones contrôlées par les rebelles, l'impression est étrange avec le sentiment "que
la vie reprend son cours"
. Une impression "relativisée quand l'aviation
bombarde des villes comme Azaz"
. La zone redevient une zone qui inquiète.

Trois voyages ont été effectués à Alep, ville rebelle au cœur
des combats entre armée du régime et insurgés. Des rebelles qui sont "comme
monsieur tout le monde"
, explique Etienne Monin. "Ils tiennent des
magasins, sont étudiants. Ils n'ont pas des têtes de guerriers et combattent
des militaires".

"Pas de peur d'aller se confronter à un tank"

Le plus frappant explique Etienne Monin, "c'est qu'ils
sont mal équipés. Ils ont des kalashnikov, pris à l'armée régulière ou acheté. Mais
on ne sent pas l'aide financière qu'ils sont censés avoir"
.

Pourtant, en dépit de ce sous-équipement, "il n'y a pas de côté désepéré, pas de peur d'aller se confronter à un tank". "Je
n'ai pas senti de doute, explique Etienne Monin, il n'y pas l'idée d'abandonner"