aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Vol Rio-Paris : la catastrophe reconstituée dans un simulateur de vol

le Jeudi 28 Juillet 2011 à 04:04
Par France Info

cata © © France Info - Radio France

Peut-être la fin du mystère du vol Rio-Paris. Demain le BEA, le bureau d'enquêtes et d'analyses, publie son troisième rapport d'étape sur le crash qui a fait 228 morts au large du Brésil le 1er juin 2009. S'il ne faut pas s'attendre à de grandes révélations, on devrait quand même obtenir quelques confirmations. _ Pour France Info, notre spécialiste aéronautique, Frédéric Béniada, a pu lors d'une séance en simulateur de vol, revivre minute par minute le scénario de la catastrophe. Il nous livre ses conclusions.

Lecture
 
Partager
Sans tirer de conclusions hâtives ni pointer du doigt la responsabilité, des pilotes ou un éventuel défaut de conception de l’avion, ce que l’on peut dire, c’est que l’équipage a été surpris par la perte des indications de vitesse due au givrage des sondes Pitot. À 11.000 mètres, la marge de manœuvre est extrêmement étroite. Toutes les corrections sur les commandes doivent être fines. Lorsque le pilote automatique et l’auto-poussée se sont désengagés, le pilote en fonction, assis en place droite, a tiré assez fortement sur le mini-manche, avec toute la poussée des moteurs. Ce qui a eu pour conséquence de faire monter l’avion jusqu’à atteindre la limite de son domaine de vol. Pendant plus d’une cinquantaine de secondes, l’alarme de décrochage a retenti. Mais sur Airbus, lorsque la vitesse devient trop faible, elle s’arrête. Du coup, à chaque fois que l’équipage a tenté de repositionner l’avion en descente, à piquer, l’alarme s'est réenclenchée, ce qui a sans doute semé le trouble dans l’esprit des pilotes. Or ils n’avaient que quelques secondes pour réagir face à des systèmes complexes, qui en situation dégradée demandent un temps de réflexion. L’appareil s’est retrouvé dans une position quasi-irrécupérable. Avec cette mauvaise analyse de la situation, les pilotes n’ont pas compris qu’ils décrochaient. _ Au simulateur de vol, nous avons pu récupérer ce décrochage haute-Altitude. Mais pour une raison toute simple : nous savions précisément ce qui allait se passer, nous savions où regarder, pour y avoir été parfaitement préparés. Frédéric Béniada, spécialiste aéronautique pour France Info
Par France Info
aller directement au contenu