aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Libye : et maintenant ?

le Vendredi 21 Octobre 2011 à 06:59
Par France Info

La ville de Syrte, là où Mouammar Kadhafi a été tué hier, a été totalement détruite par des mois de combat. © © REUTERS / Thaier Al-Sudani - Radio France

Au lendemain de la mort de Mouammar Kadhafi, beaucoup de questions se posent concernant l'avenir de la Libye. L'Otan pourrait annoncer dans les jours qui viennent la fin de son intervention sur place. Et après 42 ans de dictature et huit mois de guerre, le pays va devoir se reconstruire, politiquement notamment.

Lecture
 
Partager
Est-ce la fin de l'intervention de l'Otan ? Après la mort de Mouammar Kadhafi hier, et la chute des deux derniers bastions kadhafistes (Syrte et Bani Walid), on peut dire que la guerre en Libye est finie. L'Otan se réunit aujourd'hui à Bruxelles, pour dresser un état des lieux de la situation et décider de la fin de son opération lancée il y a 7 mois. "Nous achèverons notre mission en coordination avec les Nations unies et le Conseil national de transition", a déclaré le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen. Ce matin, Alain Juppé, chef de la diplomatie française, a également déclaré que "l'ensemble du territoire libyen est sous le contrôle du conseil national de transition et, sous réserve de quelques mesures transitoires, l'opération de l'Otan est arrivée à son terme ". Quel avenir politique en Libye ? Et maintenant, tout commence. Le Conseil national de transition (CNT), le pouvoir intérimaire libyen, devrait annoncer la "libération" totale de la Libye dès demain, à Benghazi, là même où la révolution a démarré. Puis, il faudra constituer une nouvelle équipe où toutes les forces rebelles seront représentées (ce qui n'est pas le cas dans le CNT actuellement), en vue d'élections dans huit mois. "Il n'y a pas qu'une opposition entre les pro et les anti-Kadhafi. En réalité, l'opposition sur le terrain en Libye est bien plus complexe, avec des affrontements entre des groupes politiques qui n'ont pas la même vision, et une relative incapacité pour l'instant à construire un gouvernement qui serait capable de remettre en marche le pays", analyse Jean-Yves Moisseron, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement.
Lecture
 
Partager
Sécuriser le pays L'urgence aujourd'hui est également de sécuriser le pays, notamment de récupérer toutes les armes aux mains des combattants.
Lecture
 
Partager
Alors que Mouammar Kadhafi était le ciment de l'opposition, et après 42 ans de dictature, il s'agit de reconstruire la Libye, mais de ne pas tomber dans un scénario de chaos à l'irakienne. Clara Beaudoux, avec agences
Par France Info
aller directement au contenu