aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Publicité sur France Télévisions: la décision "dépendra" de Bruxelles

le Samedi 25 Août 2012 à 08:13
Par Sylvie Johnsson

Le ministre du Budget affirme que le débat n'est pas clos sur France Inter  

Lecture
 
Partager

Interrogé sur France Inter, Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget assure que son homologue de la Culture, Aurélie Filippetti "a raison" d'affirmer que "aujourd'hui le régime publicitaire de France Télévisions n'a pas à être remis en cause". Mais il semble penser que ce qui est vrai "aujourd'hui" ne le sera sans doute pas demain.

 

You do not have access to view this Atom.

Jérôme Cahuzac © Reuters Charles Platiau

Depuis 2009, le manque à gagner pour les chaînes publiques de la suppression de la publicité après 20H est compensée par une taxe sur les opérateurs télécoms. Jeudi  Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget avait expliqué que si "selon toute vraisemblance"; la justice européenne censurait cette taxe, il recommanderait "au Premier ministre et au président de la République...de rétablir cette publicité, tant il est vrai qu'on ne va pas encore créer une taxe de plus." Et il n'a pas changé d'avis :

"La question pourrait le cas échéant se poser si France Télévisions ne pouvait, pour des raisons indépendantes du gouvernement français, percevoir le produit d'une taxe qui aujourd'hui lui est affectée...Cette question ne se posera pas dans les mois qui viennent..."

A son arrivée à la Rochelle où se tient l'université d'été du PS, visiblement agacé par cette polémique entre membres de son gouvernement, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a appelé chacun à "rester calme, à garder son sang froid."

La Cour de justice des communautés européennes se prononcera sur cette question au printemps 2013. Ce qui laisse presque un an au ministère de la Culture pour défendre auprès de Bruxelles la position française et la nécessité de pouvoir pérenniser la taxation actuelle sur les opérateurs télécoms comme l'a indiqué Aurélie Filippetti.

Par Sylvie Johnsson
aller directement au contenu