aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Alain de Pouzilhac est débarqué de RFI et France 24

le Jeudi 12 Juillet 2012 à 15:13
Par Gilles Halais

"Que Pouzilhac dégage, c'est un premier pas", pour Hélène Na, journaliste au service Afrique de RFI  

Lecture
 
Partager

Après des mois de gestion tumultueuse de la crise au sein d'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) et le camouflet du gel, par le gouvernement, de la fusion entre RFI et France 24, Alain de Pouzilhac a été contraint à la démission. Les salariés attendent maintenant des précisions sur les suites du projet de fusion.

You do not have access to view this Atom.

Alain de Pouzilhac est débarqué de la présidence de AEF (RFI + France 24) © Maxppp Christophe Morin

Premier signe envoyé aux salariés de RFI en conflit depuis des mois avec leur direction : le débarquement du PDG très contesté, Alain de Pouzilhac. "Je prends acte du fait que l'Etat, notre actionnaire, souhaite une nouvelle présidence pour l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF). Je considère donc que ma mission est terminée", écrit Alain de Pouzilhac dans une lettre adressée aux salariés de RFI et France 24.

Alain de Pouzilhac avait été appelé par NIcolas Sarkozy en 2008 pour fusionner les rédactions des deux médias, "voix de la France à l'étranger" : la radio RFI et la télévision France 24. Un projet de fusion imposé aux salariés dans la douleur, avec guichet de départ et déménagement forcé des rédactions de la radio dans les locaux de la télévision. Une option à laquelle les syndicats et le nouveau gouvernement — le candidat Hollande avait signé la pétition — ont toujours été opposés.

Après le limogeage de leur patron, les salariés attendent maintenant de savoir à quelle sauce ils vont être mangés. Les syndicats ont été reçus ce jeudi par les ministères de la Communication et des Affaires étrangères. Peu prolixes à leur sortie, ils ont toutefois fait part de leur"insatisfaction".

Pas de blanc-seing au gouvernement

Si la fusion des rédactions semble écartée, la fusion administrative des deux entités devrait se poursuivre, mais chaque antenne garderait ses propres équipes. Ce premier scénario est soutenu par la CFDT.
Un bémol tout de même : le multimédia. Il pourrait là y avoir un rapprochement. Trop flou pour que les syndicats signent un blanc-seing à leurs ministres de tutelle   

Seconde piste : celle d'un rattachement de France 24 au groupe France Télévisions, et de RFI et sa filiale arabophone MCD à Radio France. C'est l'autre option proposée dans son rapport sur la fusion par Jean-Paul Cluzel, ancien PDG de RFI puis de Radio France, appelé par l'Elysée à évaluer la fusion. Cette option a les faveurs de l'intersyndicale de RFI.

Le moratoire sur la fusion, prolongé une première fois par le gouvernement, expire vendredi. Les salariés devraient en savoir plus dans les prochaines heures, les prochains jours tout au plus.

Par Gilles Halais
3
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Enfin !!!!! mais trop tard pour RFI ; le mal est fait !
Avatar de anonyme
François (anonyme),
Pas de chasse aux sorcières, nous jure-t-on la main sur le coeur...
Avatar de anonyme
Voilà qui doit ravir Christine Ockrent !
aller directement au contenu