aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Vert comme la mort

le Dimanche 22 Avril 2012 à 05:20
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4 (1 vote)

Turquoise, le cahier dessiné de Bramanti et Debomy sur les massacres de masse au Rwanda en 1994, pose la question : Quelles sont les couleurs d'un génocide?

L'insoutenable peinture du génocide rwandais © Les cahiers dessinés - Olivier Bramanti

Il fut un temps où on appelait le Rwanda la Suisse de l’Afrique. Pour la douceur de ses paysages.

C’est un pays vert et montagneux. Comme il apparaît dans les images d’Olivier Bramanti.

Pour accompagner le texte dans lequel le scénariste et chercheur en sciences sociales Frédéric Debomy parle du génocide de 1994 à travers les yeux d’une rescapée, Olivier Bramanti , pendant presque cinq ans, a brossé des paysages saturés, qui peinent à laisser place au ciel bleu. Quand la mort frappe et que le regard se brouille, la palette vire au gris.

Si le vert domine, le titre du livre, Turquoise, est celui du nom de l’opération que l’armée française a menée dans le pays. Trop tard, comme sont arrivés trop tard reporters et caméras.

Comment exprimer l’horreur par la beauté des images ?

Peindre le génocide, c’est peindre au dessus des mots insupportables, des détails atroces, de l’accumulation de la douleur. Plus de 130 tableaux et se demander à chaque fois si on en a le droit.

On ne lâche pas ce récit paru dans l’exigeante collection les cahiers dessinés dirigée par Frédéric Pajak.

Turquoise d’Olivier Bramanti et Frédéric Debomy.

Tout aussi exigeant, le travail d’Yvan Alagbé mérite l’effort de lecture que nous impose son dessin noir et blanc qui  tend à l’effacement. Nègres jaunes et autres créatures imaginaires propose la réédition d’un récit qui en 1994 nous avait fortement impressionnés et qui parlent d’amour et d’émigrés clandestins. Né d’un père béninois et d’une mère française, Alagbé est cofondateur des éditions FRMK, porteuses d’une bande dessinée radicale.

Nègres jaunes et autres créatures imaginaires d’Yvan Alagbé, au FRMK.

Info manga © Radio France

Tous les 15 jours, Jean-Christophe Ogier accueille ici la chronique "Info manga" de Lætitia de Germon de la rédaction de franceinfo.fr. Pour vous guider parmi les nombreuses parutions, Lætitia vous livre sa sélection et ses coups de cœur.

© Delcourt / Akata

Mitsuko Attitude de Mamoru Kurihara chez Delcourt

Après le décès de son père, Mitsuko s'installe chez son oncle et sa tante. Très vite, elle se rend compte que cette famille, obsédée par sa santé, adopte des pratiques qu'elle juge extrêmes. Le père se fait des lavements au café, le fils boit son urine et la petite dernière renifle les crottes. Après avoir essayé de les convertir aux bienfaits d’une nourriture riche, Mitsuko apprendra à leurs côtés qu'une bonne hygiène de vie est essentielle pour vivre plus heureux avec soi-même mais aussi avec les autres.

Un manga décalé où les gags, souvent scato, s’enchainent très vite. Le graphisme est quant à lui assez expressif. Une manière ludique d'évoquer les thèmes de l’alimentation et de l’hygiène. Dans sa manière d’aborder les choses, Mitsuko attitude se rapproche du manga Switch girl.

© Kana

Zettai Karen Children, tome 1 et 2, de Takashi Shiina chez Kana

Aujourd’hui, l’existence des personnes dotées de pouvoirs extrasensoriels appelées "Esper", est devenue banale. Mais certains Espers abusent de leurs pouvoirs et les utilisent à des fins malhonnêtes. Pour les contrer, une brigade spéciale d’Espers a vu le jour. Elle se compose des Children : Kaoru, Aoi et Shiho, trois jeunes filles qui ont des pouvoirs super-développés. Elles ont l’air mignonnes et adorables, mais ce sont parfois de vraies pestes qui mènent la vie dure à Kôichi Minamoto, leur superviseur.

Cette série est une succession d’histoires courtes où l’on découvre les Children et les rapports qu’elles entretiennent avec Kôichi Minamoto. Un mélange d’action et d’humour dans un monde relativement fantastique servi par un graphisme dynamique et percutant.

La bande-annonce de Zettai Karen Children

aller directement au contenu