aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Polina et Habibi

le Dimanche 11 Décembre 2011 à 05:20
  • Pas encore de votes

Polina, le chef d'œuvre de Bastien Vivès, sous le label KSTR, couronné du Grand Prix de la critique Bande dessinée. Chez Casteramn, l'événement de saison a pour titre Habibi. L'américain a mis 7 ans à dessiner sa BD fleuve post-11 septembre.

Polina, Grand Prix de la critique BD © Casterman/ACBD/Casterman

Quand nous avions reçu Bastien Vivès sur France Info, en mars dernier, nous avions prédit que son album Polina s’imposerait au palmarès 2012 des prix BD. Le voici couronné par le Grand Prix de la Critique décerné par l’ACBD, l’association des journalistes spécialisés en bande dessinée.

Bastien Vivès est jeune encore, il a 27 ans. Son ouvrage Polina est un merveilleux portrait. Dès la première image, on ressent parfaitement les états d’âme de la petite fille que nous allons accompagner jusqu’à l’âge adulte. Polina est danseuse. Le pari est osé, car il est bien difficile de faire vivre la danse en BD. C’est aussi une réflexion sur la création. Polina parle en profondeur de la relation unique qui s’établit entre le maître et l’élève. Ajoutons que Polina est une virtuose leçon de dessin, au noir et blanc plein de douceur rehaussé d’aplats gris.

Polina, sous le label KSTR des éditions Casterman, Grand Prix de la critique BD.

Chez le même éditeur, autre événement de saison, Habibi. Soit l’exemple réussi de ce que peut donner la bande dessinée américaine post 11 septembre.

Pour développer son propos, Craig Thompson vient de passer sept ans de sa vie penché sur sa table à dessin. Habibi tient de la fable –on pense aux Mille et une nuits- et de l’essai – c’est une réflexion sur la culture islamique. Au cœur du récit, deux enfants esclaves. Le désert, le harem, la grande cité. Au fil des pages, les cases épousent les arabesques de la calligraphie arabe. Ajoutez à cela l’influence évidente de Wil Eisner et des mangas, et vous avez une BD monstre, magique !

Habibi, aux éditions Casterman.

Info manga © Radio France

Tous les 15 jours, Jean-Christophe Ogier accueille ici la chronique "Info manga" de Laetitia de Germon de la rédaction de franceinfo.fr. Pour vous guider parmi les nombreuses, parutions, Laetitia vous livre sa sélection et ses coups de coeur.

La sélection manga du 4 décembre 2011 © Kazé manga ; Ki-onn ; Tonkam ; Ankama

Suicide Island de Kouji Mori chez Kazé Manga

Les personnes suicidaires sont de plus en plus nombreuses au Japon et le gouvernement ne peut plus les prendre en charge médicalement. Il décide alors de s’en débarrasser. Après avoir tenté, plusieurs fois, de mettre fin à ses jours, Sei se réveille sur une île apparemment déserte, en compagnie d’autres personnes, toutes aussi perdues que lui. Ici, il n’y a aucune règle. Certains décident alors de mettre fin à leurs jours immédiatement et d’autres vont tenter de s’organiser pour survivre.

Si le sujet peut en faire reculer certains, il serait dommage de ne pas lire ce manga. La narration captivante aborde notamment l’aspect psychologique des personnages et fait vite oublier les quelques problèmes de graphisme.

La bande-annonce de Suicide Island
Lire un extrait de Suicide Island

Conductor de Manabu Kaminaga et Nokiya (dessin) chez Ki-oon

Jeune flûtiste de talent, Naomi fait des rêves étranges dans lesquels un inconnu vêtu de noir, qui tient un crâne entre ses mains, la précipite dans les ténèbres. De plus en plus bouleversée, elle décide de consulter un psychanalyste pour comprendre ce qui lui arrive. Dans le même temps, la police découvre un cadavre momifié dans l’appartement en face du sien. Y aurait-il un lien avec ses cauchemars ? Un passé oublié semble revenir hanter la jeune fille. Ce manga en quatre tomes est l’adaptation du roman éponyme de Manabu Kaminaga.

L’auteur met en place une intrigue complexe et prend le temps d’intégrer ses personnages, deux par deux, dans des chapitres qui leurs sont dédiés. Ce thriller psychologique aux ambiances sombres et parfois dérangeantes s’annonce passionnant.

La bande-annonce de Conductor
Lire un extrait de Conductor

Scary Lessons d’Emi Ishikawa chez Tonkam

Alors que tout le monde possède le dernier jeu vidéo à la mode, Mio est bien la seule de sa classe à ne pas l’avoir. Effrayée d’être écartée du groupe, elle cherche un moyen de se le procurer. C’est à ce moment qu’elle trouve fortuitement une console de jeu portable dans la rue. Si le jeu qui s’y trouve est addictif, les ressemblances avec la vie de Mio finissent par devenir inquiétantes !! Mio et ses Scary Lessons seront le dénominateur commun de cette série de sept histoires courtes.

Ce manga au dessin soigné change des shôjo habituels. Un fantôme joue le rôle du maître de cérémonie et nous présente chaque nouvelle histoire. A recommander à toutes celles et ceux qui ont aimés La fille des enfers de Jijoku Shôjo Project et Miyuki Etô.

Hitman – Part Time Killer de Hiroshi Mutô Tome 1 à 6 chez Ankama

Tôkichi Inaba est un modeste employé de bureau, marié depuis un an à une femme qui dirige tout. Mais sa vie va être bouleversée du jour au lendemain. Un soir, après avoir bu quelques verres, il se trouve dans l’obligation de remplacer "double flingue", le plus célèbre tueur à gages en activité. Tôkichi Inaba se retrouve avec une arme dans chaque main. Pensant pouvoir échapper à la situation, il va très vite être happé par un monde auquel il ne connaît rien. C’est le début de sa double vie.

Au fur et à mesure des volumes de la série, le personnage Tôkichi Inaba va progresser jusqu’à devenir un véritable "hitman". Série très agréable et divertissante, composée d’histoires courtes et efficaces, agrémentée de nombreuses situations cocasses, Hitman joue aussi sur la présence récurrente de femmes très plantureuses qui raviront le lectorat masculin.

aller directement au contenu

Les plus consultés