aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Vatileaks : le majordome du pape Benoît XVI condamné à un an et demi de prison

le Samedi 6 Octobre 2012 à 12:27 mis à jour à 14:52
Par Clara Beaudoux

Le majordome du pape, Paolo Gabriele, a été condamné à un an et demi de prison par le Tribunal du Vatican, pour le "vol aggravé" de centaines de documents confidentiels. Il a indiqué qu'il ne ferait pas appel.

Après un procès éclair, la peine elle aussi aura été réduite extrêmement rapidement. Samedi le Tribunal du Vatican a d'abord condamné l'accusé à trois ans de prison, mais a immédiatement réduit sa peine de moitié, à un et demi de prison.

Le président du Tribunal, Giuseppe Dalla Tore a expliqué que la peine était réduite "en raison de ses états de service" aux côtés du pape, "de sa conviction --que le juge estime erronée-- de servir l'Eglise", "de sa conduite lors du procès", et "de sa conscience d'avoir trahi le pape".

Une grâce "très vraisemblable"

Auparavant, le majordome du pape, Paolo Gabriele, contre lequel le procureur avait requis trois ans de prison, avait affirmé avoir agi "par amour de l'Eglise" et "n'être pas un voleur". Après l'annonce de son verdict, le majordome a indiqué qu'il ne comptait pas faire appel, son avocate déclarant que le verdict était "juste".

De son côté le porte-parole du Vatican a indiqué que la possibilité "d'une grâce est très concrète et très vraisemblable". "Le pape peut accorder sa grâce, même si celle-ci n'est pas demandée formellement", a précisé le père Federico Lombardi.

Le majordome du pape condamné à un an et demi de prison, Annais Feuga a suivi le procès au Vatican pour France Info  

Lecture
 
Partager
Par Clara Beaudoux
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Informer (anonyme),
... et que contenaient ces documents ?
Avatar de anonyme
Erik (anonyme) @ Informer (anonyme),
Ces documents contenaient des révélations sur des hommes corrompus et des luttes de pouvoir au sein de l'administration vaticane. Rien de très excitant donc, par rapport à des sujets comme la Banco Ambrosiano, l'IOR, ou la thèse de de David Yallop sur l'implication des administrations corrompues et la mafia dans la mort de Jean-Paul 1er.
aller directement au contenu