aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Un médecin à la retraite en conflit avec la Sécu

le Mercredi 26 Septembre 2012 à 15:41 mis à jour à 16:15
Par Caroline Caldier

Didier Poupardin, médecin généraliste à la retraite était jugé ce mercredi par le Tribunal des affaires de sécurité sociale. La caisse primaire d'assurance maladie de Créteil lui reproche d'avoir délivré des ordonnances non conformes à 51 patients. Le médecin dénonce un "acharnement et un harcèlement".

Le tort du docteur Pourpadin aux yeux de la Sécu : n'avoir pas distingué dans les ordonnances de ses malades en longue maladie (cancer, sida, sclérose en plaques etc) les médicaments remboursés à 100% car directement liés à l'affection, de ceux remboursés au taux habituel car sans rapport avec la maladie.

Cette "négligence" a concerné 51 patients pendant une année. La caisse primaire d'assurance maladie de Créteil a fait ses calculs. Le médecin, désormais retraité, lui doit 2.612 euros. Auxquels la caisse rajoute une pénalité de 4.000 euros. 

Mais le docteur Didier Poupardin ne se laisse pas impressionner. Il a rallié à sa cause un imposant comité de soutien où figurent associations et personnalités de gauche, dont Marie-George Buffet (PCF) ou Olivier Besancenot (NPA). Sa défense : difficile de scinder en "zones" les médicaments lors des longues maladies. Cela représente "une pollution intellectuelle du travail des médecins", argue l'ancien généraliste.

L'avocate de la CPAM du Val-de-Marne, Me Rachel Lefebvre a demandé au tribunal, "l'application stricte" de la législation. "Ici, ce n'est pas un lieu pour faire un débat politique et social", a-t-elle affirmé, en référence aux membres de partis, syndicats et associations de gauche, venus nombreux soutenir M. Poupardin et qui lui ont répondu par des lazzi.

Le Tribunal des affaires de sécurité sociale a mis sa décision en délibéré au 24 octobre.

 

Par Caroline Caldier
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Paie ta pénalité qu'on n'en parle plus, certains ont plus pour un dépassement de vitesse. Maintenant c'est vrai, je ne vois pas ce que la politique vient faire là dedans et pourquoi pas la Cour Européenne aussi, à moins qu'il fasse confiance à la gauche à savoir sa philosophie légendaire de l'impunité. Ah ben que voulez-vous beaucoup réussissent à s'en tirer grâce à eux, il tente sa chance...
Avatar de anonyme
Vous avez raison, la sécu! Inquiétez vous de ces 2612€ qui sont d'une importance primordiale pour l'équilibre des finances publiques. Et pour les 10 millions de fausses cartes vitales en circulation, que faites vous?
aller directement au contenu