aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le périple judiciaire débute pour Costa Crociere

le Samedi 3 Mars 2012 à 13:25
Par Florencia Valdés Andino

C’est à Grosseto en Italie que la boîte noire du Costa Concordia sera ouverte ce samedi. Les responsables présumés du naufrage du 13 janvier devront s’expliquer devant des centaines d’avocats, de scientifiques et de nombreux rescapés.

Cette petite ville Toscane est envahie par les médias italiens et internationaux. Mais ils sont restés aux portes de l'audience. Seules les personnes concernées y sont admises.

Le principal protagoniste de la tragédie, faisant 32 morts, n’est pas présent, il est assigné à résidence. Francesco Schettino, le capitaine-que l’on surnomme "le capitaine-poltron"- est poursuivi pour avoir abandonné son navire alors que l’évacuation des passagers était en cours.

Qui est mis en cause ?

Au total, neuf employés de la compagnie Costa sont poursuivis dans le cadre de cette enquête pour homicide par imprudence, naufrage et défaut de communication aux autorités maritimes. Trois de ses dirigeants sont également poursuivis pour les mêmes charges.

Le début de procès est attendu dans deux ans

Des experts sont présents pour décider de quels types d’analyses doivent être menées sur les instruments de bord et la boîte noire, bien sûr. Mais elles ne seront pas effectuées immédiatement. Ceci constitue une des étapes préliminaires menant au procès qui ne commencerait que dans deux ans.

Le parquet souhaite déterminer si le capitaine a ordonné trop tard l’évacuation. Les experts, eux, se penchent sur le fonctionnement de tous les outils de navigation. Le capitaine fonde sa défense sur la défaillance de ces outils.

Les collectifs de naufragés s'activent

Plusieurs collectifs de naufragés se sont créés et des plaintes ont été déposées en Italie, en France et aux Etats-Unis contre Costa Crociere. Aux Etats-Unis, 39 passagers réclament 520 millions de dollars de dommages et intérêts. Un coup dur pour la compagnie qui doit maintenant répondre d’un nouveau naufrage.


Par Florencia Valdés Andino
aller directement au contenu