aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le conseil de discipline de la police demande la révocation de Michel Neyret

le Mardi 4 Septembre 2012 à 20:53 mis à jour à 21:30
Par Marion Bernard

Michel Neyret, ce mardi, lors de son arrivée à l'audition du conseil de discipline, à Paris © SIPA/LAURENT ETIENNE

L'ex n°2 de la PJ de Lyon a été entendu ce mardi à Paris par le conseil de discipline de la police. L'instance a demandé la révocation de l'ancien commissaire lyonnais, qui a quitté les lieux sans faire de déclarations. Le sort de Michel Neyret mis en examen dans une affaire de trafic d'influence et de stupéfiants, sera ensuite fixé par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Michel Neyret est arrivé peu avant 14h45 ce mardi pour son audition devant le conseil de discipline. L'ex-policier en est reparti dans la soirée, laissant à ses avocats de communiquer cette demande de révocation :  "Nous sommes surpris de cette décision qui est pour nous une proposition de sanction infâmante à l'endroit d'un homme qui a servi pendant près de 30 ans la République et qui a servi ses concitoyens de façon exemplaire", expliquait Me Gabriel Versini.

C'est à Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, qu'il reviendra de trancher dans les jours qui viennent et qui décidera de suivre, ou non,  la requête du conseil de discipline. Michel Neyret avait été mis en examen en octobre 2011, notamment pour "corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs" ou encore "trafic de stupéfiants". Il a été remis en liberté en mai dernier après près de huit mois de détention provisoire à la prison de la Santé à Paris.

"Ce qui nous déçoit, c'est que les témoins (...) semblent avoir été un petit peu oubliés de la réflexion", réagi l'un des avocats de Michel Neyret. Me Yves Sauvayre fait ainsi allusion à la présence de trois anciens hauts responsables de la police venus soutenir Michel Neyret, dont l'ancien directeur central de la police judiciaire Gérard Girel.

Michel Neyret, avait bien admis des "imprudences" en acceptant des cadeaux, contre des renseignements sortis des fichiers de police à l'attention de personnes réputées proches du milieu lyonnais. Il a néanmoins réfuté toute idée d'enrichissement personnel. A 56 ans, l'ex-n°2 de la PJ de Lyon espérait une mise à la retraite d'office. Il est aujourd'hui assigné en résidence en Meurthe-et-Moselle, où il se rend à la gendarmerie tous les jours à vélo, dans le cadre du contrôle judiciaire qui lui a été imposé.

La carrière de Michel Neyret, ex-n°2 de la PJ lyonnaise, qui risque une révocation de la police. © IDÉ

Gabriel Versini, avocat de Michel Neyret, dénonce une décision lourde, au micro de Stéphane Pair  

Lecture
 
Partager
Par Marion Bernard
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Les hommes politiques sont-ils blancs , si il y avait enquête je crois que beaucoup perdraient leur place et la retraite.
Avatar de anonyme
il a du approcher un gros poisson pour en etre arrive la pour se proteger on casse du flic
Avatar de anonyme
Très surprenante la décision du Conseil de discipline de la Police. Il ne faut pas être un Saint pour réussir ces missions très particulières de la Police en matière du haut banditisme, mais il faut du talent. Si seulement tous nos politiques pouvaient faire l'objet de sanctions comparables dans les sales affaires telles "Karachi" et autres...Tout est permis quand c'est la raison d'ETAT...Mais que les hauts fonctionnaire se conduisent bien, notamment les Préfets, car le pouvoir politique ne pardonne pas..
Avatar de anonyme
sampirat (anonyme),
maintenant attendons la révocation de quelques ministres... on peut attendre, non ? tu peux être un des meilleurs flics de France, tu restes un fusible... Salutations à M. Neyret. et bon courage pour la suite...
aller directement au contenu