aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La Rochelle condamnée à verser 40.000 euros à Dieudonné

le Mardi 4 Septembre 2012 à 22:54
Par Marion Bernard

En 2009, une salle de spectacles de La Rochelle avait annulé l'un des spectacles programmés par l'humoriste dans la ville de Charente-Maritime. Le tribunal de commerce a condamné l'espace Encan à verser plus de 40.000 euros pour "préjudice d'image et d'ordre financier".

Le spectacle de Dieudonné, programmé le 17 avril 2009, avait été annulé par le maire de la Rochelle, par un arrêté qui évoquait alors les "risques de troubles à l'ordre public". Le jugement rendu le 31 août dernier condamne cette fois la société qui gère l'Encan à verser près de 40.000 euros à l'artiste, entre autres, pour "réparation du préjudice financier", et  pour "préjudice d'atteinte à l'image et à la notoriété". Une décision surveillée par d'autres villes, comme Montpellier, qui avaient également choisi d'annuler des spectacles de l'artiste en 2009. 

Le maire socialiste de la ville, Maxime Bono, a jugé la décision inacceptable et précisé que La Rochelle ferait prochainement appel du jugement.

 

La Rochelle condamnée à verser 40.000 euros à Dieudonné, reportage de Pierre Marsat  

Lecture
 
Partager
Par Marion Bernard
7
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
bravo
Avatar de anonyme
Excellente décision. La liberté d'expression doit être défendue !
Avatar de anonyme
"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire"... tel est l'esprit de liberté d'expression qui doit prévaloir en démocratie, et la justice a penché en ce sens dans cette affaire. Même si la posture politique de Dieudonné me déplait, je suis content de ce verdict.
Avatar de anonyme
comme disait voltaire : même si je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, je me bâterais jusqu'au bout pour que vous ayez le droit de le dire ! Belle leçon de liberté d'expression, en France, classée 38eme au CLASSEMENT DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE 2011/2012. Chapeau bas.
aller directement au contenu