aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La Cour suprême américaine valide la réforme de santé voulue par Obama

le Jeudi 28 Juin 2012 à 16:12 mis à jour à 18:08
Par Guillaume Gaven

Par cinq voix contre quatre, la Cour suprême a conformé dans sa quasi-intégralité la loi sur l'assurance-maladie. Une victoire déterminante pour Barack Obama, à un peu plus de quatre mois de la présidentielle. La loi sera à nouveau examinée à la Chambre des représentants, à majorité démocrate, le 11 juillet.

C'est une décision très attendue que vient de rendre la Cour suprême américaine : la validation de la réforme du système de santé, voulue par Barack Obama. Tout juste a-t-elle limité l'extension de l'aide aux plus pauvres.
C'est une victoire pour le camp démocrate, et le président sortant, à un peu plus de quatre mois de la présidentielle, prévue en novembre. C'est
"une victoire pour tous" les Américains, a commenté Obama.

Barack Obama a salué la décision des juges à la télévision.  
 

Lecture
 
Partager

 

La loi a été promulguée en mars 2010, sous le nom de "loi sur la protection des patients et les soins abordables" - surnommée "Obamacare".
Mais plus de la moitié des Etats américains, ainsi qu'une organisation de petits patrons, quatre particuliers, et le gouvernement lui-même, avaient saisi la Cour suprême. 

Une couverture maladie obligatoire pour (presque) tous

Près de 50 millions d'Américains, sur les 310 millions d'habitants que compte le pays, n'ont aujourd'hui pas d'assurance santé.

 Le débat a passionné tout le pays. Et la Cour a tranché. Elle a donc décidé de maintenir la disposition la plus controversée, celle qui rend obligatoire, sous peine de sanctions, la couverture maladie, avant 2014.
Les opposants jugeaient la disposition anticonstitutionnelle, en violation des libertés individuelles. 

La décision n'a sans doute pas été facile à prendre : cinq voix contre quatre, le président de la Cour, John Roberts, nommé par le républicain Bush, a mêlé sa voix aux quatre magistrats promus par des présidents démocrates.

Reste que la Cour a tout de même limité une autre disposition de la loi, celle qui élargit la couverture maladie des plus pauvres à 16 millions d'Américains.

Soulagement dans le camp Obama : correspondance à Washington de Fabienne Sintès  
 

Lecture
 
Partager

 

L'histoire n'est pas terminée pour autant ; l'influent élu républicain Eric Cantor a annoncé que la Chambre des représentants, à majorité républicaine, voterait le 11 juillet pour abroger la loi. Mais, même si la chambre basse abolit le texte, le Sénat, lui, est démocrate. Et la loi sera maintenant.

Dernière possibilité : une victoire républicaine à la prochaine présidentielle. Le candidat républicain, Mitt Romney, a promis que, s'il était élu, il abolirait la réforme dès son premier jour à la Maison blanche.

Par Guillaume Gaven

À télécharger

5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
marcel (anonyme),
ce n'est pas trop tot
Avatar de anonyme
Adeline Qui Vit aux USA (anonyme),
Plus d'acces a la sante pour les pauvres? OK, Mais avec les autres reglementations, c'est la classe moyenne qui va trinquer en payant plus. Et oui, pour votre info, en plus d'etre taxes sur leur revenu pour l'assurance sante des personnes agees et des sans emplois, les americains qui travaillent doivent payer de leur poche pour leur propre assurance. Avec toutes les nouvelles reglementations d'Obama care, au final c'est la classe moyenne des travailleurs qui va voir ses tarifs cotisations augmenter... Sympa!
Avatar de anonyme
marcel (anonyme) @ Adeline Qui Vit aux USA (anonyme),
Plus d'acces a la sante pour les pauvres et c'est normal que ceux qui ont la chance de travailler participe a la communaute.
Avatar de anonyme
Christine Paradis (anonyme),
Tôt ou tard il nous faudra partager avec les plus démunis de la société non seulement dans le domaine de la santé mais aussi en éducation et rendre possible à tous la possibilité d'améliorer son sort qu'importe la provenance ou qui on est au départ.....
aller directement au contenu