aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La Chancellerie veut muter le procureur Philippe Courroye

le Vendredi 20 Juillet 2012 à 09:03 mis à jour à 11:00
Par Estelle Cognacq

Les avocats du procureur de Nanterre ont annoncé vendredi que le ministère de la Justice envisage de muter Philippe Courroye au poste d'avocat général près de la cour d'appel de Paris. Une mutation qu'il refuse.

Les avocats de Philippe Courroye évoquent une "sanction disciplinaire" : La pilule est dure à avaler pour celui qu'on avait surnommé "le juge de fer" dès son arrivée sur la scène médiatique, lui qui fut une figure de la lutte contre la corruption dans les années 1990 , grâce à ses condamnation de Michel Noir, alors maire RPR de Lyon ( ville natale de Courroye) et d'Alain Carignon, à l' époque maire de Grenoble.

Philippe Courroye, bras armé de la justice dans les grandes affaires politico-financières, n'a pourtant cessé de voir son image se ternir, jusqu'à se retrouver sévèrement mis en cause, ce mercredi, par la Chancellerie. Pour justifier sa décision, cette dernière explique vouloir "ramener la sérénité" au parquet de Nanterre... mais se refuse à évoquer des sanctions.

Pour le tombeur de Jean-Christophe Mitterand et Charles Pasqua dans l'affaire de l'Angolate, ou encore du nationaliste corse Charles Pieri, l'affaire Bettencourt sera un virage radical.
Dans le cadre de cette enquête, le juge est mis en cause dans l'affaire des fadettes, soupçonné d'avoir tenté de découvrir les sources des deux journalistes du Monde Gérard Davet et Jacques Follorou. En janvier dernier, première dans l'histoire de la magistrature française, le juge Courroye est mis en examen pour "collecte illicite de données à caractère personnel par un moyen frauduleux déloyal et illicite ".

En mars, les poursuites sont annulées mais le Monde se pourvoit alors en cassation. La méthode Courroye choque, le Conseil Supérieur de la Magistrature annonçait en juillet l'ouverture d'une enquête disciplinaire, à l'issue de laquelle le juge encourt des sanctions qui peuvent aller du blâme à la révocation.

Cette fois, la mutation que lui impose la Chancellerie intervient après le vote d'une motion, à la suite d'un suicide d'un substitut, par le CHSCT du tribunal de grande instance de Nanterre. La Garde des Sceaux Christiane Taubira affirme que Philippe Courroye garde son grade de procureur, mais justifie cette décision "dans l'intérêt du service". Le juge, lui, a adressé jeudi une lettre de protestation à la Chancellerie : "Aucun élément objectif de nature à caractériser un comportement préjudiciable (...)ne figure dans mon dossier administratif".

Philippe Courroye, juge le plus connu mais aussi le plus contesté de France, par Anne Lamotte  

Lecture
 
Partager
Par Estelle Cognacq
4
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
un grand magistrat ? Surtout au service de sarkozy ! ! !
Avatar de anonyme
Marc Patrick (anonyme),
Vous alternez la qualification de juge et de procureur pour une même entité. Or, les pouvoirs d’investigations de chacun sont très distincts, voir (et surtout) incompatible. Dans le cadre de votre mission d’information, ne souhaiteriez-vous pas éclairer la question de sa véritable profession, ou bien nous indiquer les fonctions exercées séparément, dans chacune des affaires ? Merci.
Avatar de anonyme
Jivé (anonyme) @ Marc Patrick (anonyme),
juge ou proc', sa véritable profession n'était-elle pas d'utiliser toute la panoplie du code de procédures pénales pour protéger son maître?
Avatar de anonyme
"d'une volonté d'abattre un grand magistrat ".......Un grand magistrat au service de la Justice ou au service d'un "certain pouvoir" ? J'ai ma petite idée sur la réponse .
aller directement au contenu