aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

L'ex-capitaine de l'équipe d'Angleterre devant la justice

le Lundi 9 Juillet 2012 à 11:01
Par Julien Baldacchino

Le joueur de Chelsea John Terry comparaît à partir de ce lundi pour racisme. Il aurait insulté un autre joueur, Anton Ferdinand, en octobre 2011. L'affaire avait déstabilisé l'équipe d'Angleterre de football dans sa préparation pour l'Euro.

John Terry plaide non coupable. L'international anglais, défenseur du Chelsea FC, est accusé d'insultes racistes à l'encontre d'Anton Ferdinand, qui évolue dans un autre club londonien, le Queens Park Rangers. L'altercation a eu lieu le 23 octobre 2011, lors d'un match entre les deux équipes sur la pelouse de Loftus Road.

A l'ouverture de son procès, ce lundi matin, Terry a promis de "se battre bec et ongles pour prouver son innocence". Il jure "avoir toujours lutté contre le racisme" et affirme qu'il compte "parmi ses proches des gens de toutes races et de toutes croyances". Selon lui, ses propos ont été mal interprétés : il aurait utilisé les mots qui lui sont reprochés simplement pour signifier à Ferdinand qu'il n'avait pas proféré d'insultes racistes. 

Plusieurs joueurs de Chelsea sont attendus à la barre en tant que témoins. Le verdict devrait être annoncé dès cette semaine : Terry pourrait écoper d'une amende d'environ 2.000 euros, voire d'une lourde suspension.

Des conséquences sur l'équipe d'Angleterre

L'affaire avait déjà fortement pesé sur le sort du joueur et de l'équipe d'Angleterre, à quelques mois de l'Euro 2012. Anton Ferdinand n'est autre que le frère cadet de l'international Rio Ferdinand. Suite aux tensions entre John Terry et Rio Ferdinand au sein de l'équipe nationale, la fédération d'Angleterre avait décidé de retirer Terry de son poste de capitaine. Provoquant du même coup la démission de l'entraîneur de l'équipe Fabio Capello au début du mois de février : Capello avait pris la défense de John Terry. Résultat : les Anglais s'étaient retrouvés sans sélectionneur à moins de quatre mois de la compétition européenne. Et sans Rio Ferdinand, qui n'a finalement pas été sélectionné.

Un habitué des faits divers

Ce n'est pas la première fois que John Terry défraie la chronique : le joueur est même un habitué des tabloïds anglais. En seconde ligne lors de l'arrestation de son père pour trafic de cocaïne ou de sa mère pour vol à l'étalage, il s'est lui-même retrouvé au premier plan en 2010 pour une affaire de relations extraconjugales.  Accusé par la presse d'avoir eu une relation avec la femme d'un autre joueur, il s'était vu retirer une première fois son brassard de capitaine... au profit de Rio Ferdinand.

Par Julien Baldacchino
aller directement au contenu