aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Amiens : "aucune faute disciplinaire" de la police selon les premiers éléments de l'enquête

le Jeudi 23 Août 2012 à 14:23 mis à jour à 21:04
Par Mélanie Potet

Plus d'une semaine après l'interpellation d'un conducteur qui roulait à contresens, à l'origine des heurts dans le quartier d'Amiens-nord, les premiers éléments de l'enquête administrative justifient l'intervention policière et indique qu'il n'y a eu "aucune faute policière".

Alors qu'ils effectuaient des contrôles de routine, des policiers avaient interpellé le dimanche 12 août un conducteur à contresens. Cette intervention avait eu lieu non loin d'une cérémonie d'hommage à un jeune de 20 ans, mort dans un accident de la route le 9 août. Ce qui avait excédé les habitants et abouti aux violents affrontements de la nuit du 13 au 14 août dans les quartiers nord d'Amiens.

Une opération "justifiée et légitime"

Une enquête administrative avait alors été ouverte pour déterminer si l'interpellation policière était conforme et régulière. Selon les premiers éléments fournis par la préfecture de la Somme jeudi, l'opération était "totalement justifiée et légitime".

"A ce stade des investigations, tout indique qu'aucune faute disciplinaire ou manquement à la déontologie policière n'ont été commis à l'occasion de cette intervention", indique également un communiqué de la préfecture.

Par ailleurs, la préfecture indique que la cérémonie se "déroulait dans une tente située à plusieurs dizaines de mètres de leur intervention" et l'enquête a établi que les agents "ignoraient totalement qu'une cérémonie de deuil se déroulait à proximité".

Les conclusions définitives de l'enquête sont attendues dans les prochains jours.

L'enquête se poursuit mais selon les premiers éléments la police est mise hors de cause. Les précisions de Thibault Maisonneuve  

Lecture
 
Partager
Par Mélanie Potet
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
C'est pas l'arrestation du chauffard en cause. Bien qu'elle fut musclé, le voisinage en deuil à demander du calme, et ces pauvres gens se sont fait gazé à la lacrymo par la BAC... ce qui a déclenché le mécontentement de la population locale.
Avatar de elpianisto
Je prends cette histoie en cours de route je n ai surement pas tous les elements, mais une problematique centrale m echappe: comment peut on soupconner illegitime l interpellation par les forces de l ordre d un chauffard en flagrant delit?
aller directement au contenu