Un rapport du Sénat américain accuse HSBC de blanchiment

par Caroline Caldier mardi 17 juillet 2012 18:27
Bobby Yip Reuters

Ces 330 pages des parlementaires américains révèlent comment la banque britannique aurait aidé ses clients à blanchir des capitaux. Les sénateurs pointent également du doigt l'incapacité de la principale autorité américaine de régulation à surveiller les activités d'HSBC.

Des
dirigeants de la banque et de l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC)
sont reçus aujourd'hui au Sénat. Ils devront répondre aux nombreuses critiques
émises depuis plusieurs années à l'encontre de leur établissement. Et ce, à un
moment délicat, HSBC étant en effet l'objet d'une vaste enquête portant sur la
manipulation des taux interbancaires.

Laxisme et culture
d'entreprise polluée

Plusieurs
faits démontrent la légèreté de la banque sur la question du blanchiment. En
premier lieu HSBC a ignoré certains risques dans le cadre de ses activités dans
des pays à risques comme le Mexique. Les sénateurs ont aussi étudié les
relations commerciales entre HSBC et la banque saoudienne Al Rajhi Bank, qui entretient,
selon le rapport, des liens avec des activités de financement de groupes terroristes.

Enfin, la
banque britannique a réalisé 16 milliards de dollars de transactions secrètes
avec l'Iran sur une période de six ans. Or les Etats-Unis interdisent les
relations commerciales et financières avec l'Iran, la Corée du Nord ou encore
le Soudan.