Le maire du Blanc-Mesnil veut attaquer la SNCF en raison des problèmes sur le RER B

par Baptiste Schweitzer mardi 27 novembre 2012 20:09
Le maire du Blanc-Mesnil est exaspéré par les retards sur le RER B
Benoit Tessier Reuters

Le maire Front de Gauche du Blanc-Mesnil, une ville de Seine-Saint-Denis, entend attaquer la SNCF pour "discrimination territoriale". Didier Mignot veut porter plainte pour dénoncer les perturbations répétées sur le RER B.

"On râle, on râle mais les choses ne s'améliorent pas, j'ai donc décidé de taper plus fort", Didier Mignot  
 

Didier Mignot, le maire du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis
entend déposer un recours contre la SNCF devant le Tribunal administratif pour "discrimination
territoriale et rupture d'égalité des usagers devant le service public". Il
reproche à la SNCF les retards et les problèmes répétés sur le RER B qui dessert
de nombreuses communes populaires d'Île-de-France.

"Blanc-Mesnil et Drancy
sont des villes particulièrement pénalisées"
, explique Didier Mignot. "Quand
des trains doivent être supprimés, quand des arrêts doivent être supprimés, ce
sont Blanc-Mesnil et Drancy qui trinquent et ça c'est plus possible"
,
précise le maire.

Une plainte "légitime"

Le maire s'appuie sur
une décision de la Halde, la Haute autorité de lutte contre les discriminations
et pour l'égalité. Elle avait donné suite à une plainte de La Courneuve,
reconnaissant "la discrimination territoriale comme un fait objectif",
explique l'élu.

Didier Mignot a reçu
dans sa démarche le soutien du député UMP des Yvelines, Pierre Morange. Il
avait rendu en mars un rapport sur le RER. Il a jugé la plainte du maire du
Blanc-Mesnil "complètement légitime".

Le 7 novembre dans les mémoires

Le député de
Seine-Saint-Denis, François Asensi a lui réclamé le 20 novembre dernier la mise
en place d'une desserte alternative en cas d'interruption du trafic sur la
ligne B du RER. Cette ligne avait connu le
7 novembre dernier d'importantes perturbations qui avaient paralysé
le
trafic toute une soirée.

Pour le moment, la SNCF
n'a pas souhaité faire de commentaires sur ce dépôt de plainte.