aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

USA : Google lance un outil pour le diagnostic médical

le Vendredi 17 Février 2012 à 14:25
Par Clara Beaudoux

"Cela pose des interrogations éthiques à la vieille Europe" - Jacques Lucas, vice psdt du Conseil national de l'ordre médecins  

Lecture
 
Partager

Le géant du net propose dorénavant à ses utilisateurs américains un diagnostic médical lorsque ceux-ci font une recherche sur des symptômes. Les médecins français sont sceptiques.

Qui n'a jamais tenté de s'auto-diagnostiquer sur Internet ? En début de semaine, Google présentait un nouvel outil en ligne - pour l'instant disponible uniquement aux Etats-Unis - qui ne devrait pas aider les hypocondriaques. Le principe est simple : vous décrivez les symptômes dont vous souffrez, et le géant américain vous propose une liste de pathologies possibles. Sur l'exemple ci-dessous, disponible sur le blog de Google, l'internaute a tapé "douleur abdominale à droite", et Google lui propose "appendicite", "kyste ovarien" ou "hernie", entre autres. Tout un programme.

Capture écran du blog de Google

Cet outil s'appuie sur les recherches les plus fréquentes sur le web, et aucunement sur des critères médicaux. Google le précise d'ailleurs sur son blog : "Cette liste n'est pas écrite par des médecins, et ne peut bien évidemment pas servir d'avis médical". Et c'est bien ce qui inquiète les médecins. "Dans quelle société voulons-nous vivre : est-ce que des robots permettront de faire des diagnostics ?" interroge le Docteur Jacques Lucas, vice président du Conseil national de l'ordre des médecins, sur France Info.

Les professionnels s'interrogent également sur l'éthique de la chose : "Google n'est tout de même pas un philanthrope, c'est une société commerciale. Quel usage sera fait des données ainsi collectées ?" poursuit Jacques Lucas. A ce sujet, le Conseil national de l'ordre des médecins prévoit justement de lancer un colloque intitulé "Ethique et utilisation des technologies de l'information et de la communication" en septembre prochain.

Par Clara Beaudoux
aller directement au contenu