aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Explorez le cerveau d'Einstein sur l'iPad

le Mercredi 26 Septembre 2012 à 13:35
Par Mélody Piu

Depuis mardi, il est désormais possible d'examiner des échantillons du cerveau d'Albert Einstein, comme avec un microscope, grâce à une nouvelle application iPad.

Scruter le cerveau du père de la relativité générale pour la somme de 7,99 euros, c'est ce que propose une nouvelle application iPad.

Le cerveau exceptionnel d'Albert Einstein

A la mort d'Albert Einstein, victime d'une rupture d'anévrisme en 1955, le Docteur Thomas Harvey avait réalisé l'autopsie de son corps à l'hôpital de Princeton, dans le New Jersey. Il avait extrait le cerveau du physicien, qu'il avait ensuite segmenté en 170 morceaux, avant d'en faire plusieurs échantillons observables au microscope.

Le scientifique avait ainsi percé en 1999 le mystère de l'intelligence de l'un des plus grands génies du XXe siècle. Son étude publiée dans la revue scientifique Lancet met en évidence qu'une région du cerveau d'Einstein, le lobe pariétal, important pour la perception de l'espace et la compréhension des mathématiques, était 15% plus développé qu'un lobe normal. 

En 2010, les héritiers du docteur Harvey ont décidé de faire don de l'ensemble des échantillons au musée national de la Santé et de la Médecine de Chicago, qui a pu les numériser au printemps 2012. 

Une application pour approfondir les recherches sur le cerveau

Afin que les utilisateurs d'iPad puissent explorer le cerveau du prix Nobel de physique de 1921, les lamelles de tissus cérébral ont été colorées pour mettre en évidence la structure cellulaire et les tissus nerveux conducteurs.

"L'application permet aux chercheurs de découvrir encore plus profondément où les neurones sont le plus densément connectés", indique le Dr Phillip Epstein, neurologue et conseiller du Musée de la médecine de Chicago. 

Les recettes de cette application seront reversées au département américain de la Défense dans le Maryland et au musée de la médecine de Chicago.

Par Mélody Piu
aller directement au contenu