aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le FN vend son "Paquebot" à des Chinois

le Lundi 11 Août 2008 à 13:47
Par France Info

home_theme © © France Info - Radio France

Pas de {"préférence nationale"} en matière d’immobilier. A fortiori lorsqu’il s’agit de sauver le parti du naufrage. Jean-Marie Le Pen vient de signer une promesse de vente du siège du FN avec une université de Shangai…

Le FN a donc sacrifié son "Paquebot". _ La vente, susceptible de permettre à son parti de surmonter une grave crise financière est "bien engagée", confirme Jean-Marie Le Pen. Une promesse de vente a été signée devant notaire avec une université – ironie du sort immobilier – chinoise ! L’université de Shangai ambitionne de transformer les 5.000 mètres carrés du bâtiment en école de perfectionnement de la langue française. Le trésorier du parti avait estimé au début de l’année la valeur du "Paquebot" entre 15 et 20 millions d’euros. Mais l’homme fort du Front national a préféré rester discret sur le montant de la transaction, qui se situerait entre 12 et 15 millions d’euros.
Lecture
 
Partager
Mais, si elle se conclut, la vente du siège du FN à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) viendra à point nommé pour sortir le parti d’extrême droite de la banqueroute qui le guette, depuis son très mauvais score des législatives de 2007. Plus des deux tiers des candidats frontistes n’avaient pas franchi les 5% des voix, barre fatidique pour obtenir le remboursement des frais de campagne par l’Etat. Creusant ainsi les comptes du parti d’environ huit millions d’euros. C’est à peu près la somme que réclame à Jean-Marie Le Pen l’eurodéputé FN Fernard Le Rachinel, imprimeur de son état, correspondant à un prêt qu’il aurait consenti à son parti lors de la dernière campagne législative. Fernard Le Rachinel a fait saisir à titre conservatoire un compte bancaire du FN et menace d’assigner le parti en redressement judiciaire. Le jugement sera rendu le 3 octobre prochain par le tribunal correctionnel de Nanterre. Nanterre "ville rouge", où le Front national devrait s’installer dans de nouveaux locaux à l’automne. Gilles Halais avec agences
Par France Info

Thèmes

Créer une alerte avec ces thèmes
aller directement au contenu