aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Christine Lagarde visée par une enquête dans l'affaire Tapie

le Jeudi 4 Août 2011 à 12:01
Par France Info

cata © © France Info - Radio France

La toute nouvelle patronne du FMI, Christine Lagarde, va être poursuivie pour son rôle dans l'affaire Tapie. La Cour de justice de la République annonce qu'elle réclame l'ouverture d'une enquête pénale. Elle avait été saisie par Jean-Louis Nadal, l'ancien procureur général près de la Cour de cassation, qui dénonce le rôle joué par Christine Lagarde pour régler le litige opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais.

La requête du procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a donc été acceptée par la CJR. L'ex-ministre de l'Economie va faire l'objet d'une enquête et devra s'expliquer sur son rôle dans l'affaire Tapie. _ En particulier, pourquoi elle a en 2007, abandonné la voie judiciaire dans le litige de la revente d'Adidas. Autre motif d'interrogation : Christine Lagarde avait choisi de recourir à un arbitrage privé. Arbitrage qui a permis à Bernard Tapie de toucher un chèque qui, avec les intérêts, atteint les 400 millions d'euros.
Lecture
 
Partager
Les chefs d'accusation : "complicité de détournement de biens publics et complicité de faux" . Des délits passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende. Ces chefs d'accusation sont assez éloignés de ce qu'avait considéré le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal. Selon lui il existait des éléments susceptibles de caractériser un "abus d'autorité" . _ Après rédaction d'un réquisitoire introductif par le parquet, trois juges de la CJR vont conduire l'instruction, susceptible de durer plusieurs années et qui devra dire si Christine Lagarde doit ou non faire l'objet d'un procès.
Lecture
 
Partager
Lecture
 
Partager
"Cette procédure n'est aucunement incompatible avec les fonctions actuelles de directrice générale du FMI" , souligne Me Repiquet. "Madame Christine Lagarde avait d'ailleurs veillé à ce que le conseil d'administration du FMI soit précisément informé de cette éventualité afin qu'il se détermine en parfaite connaissance de cause", a-t-il ajouté. Caroline Caldier, avec agences
Par France Info
Créer une alerte avec ces thèmes
aller directement au contenu