Morgan Amalfitano espère franchir un cap

par samedi 18 août 2012 08:35
Panoramic

Dans un groupe qui affiche un nouvel état d'esprit et sous la coupe d'un entraîneur " qui prône du jeu ", Morgan Amalfitano souhaite prouver qu'il a retenu les leçons de sa première saison à l'OM.

Morgan Amalfitano, la façon de travailler de Baup est-elle différente de celle de Deschamps ?
C’est une autre manière de fonctionner, c’est un travail différent, des convictions différentes d’un autre entraîneur. Il prône du jeu, c’est une bonne chose. Chaque entraîneur a sa façon de driver son équipe. Cette année, c’est bien parti. On est sur de bonnes bases pour fonder une équipe avec des valeurs qui  a un bon état d’esprit.
 
Pourriez-vous avoir plus de responsabilités cette saison ?
Je ne sais pas. Je sais que chaque année a été meilleure. J’espère franchir un cap et faire une saison meilleure. Je veux garder ma ligne de conduite. Je vais essayer d’avancer de cette manière et de prendre des responsabilités comme je le peux.
 
En quoi souhaiteriez-vous progresser ?
Même si j’ai été relativement constant tout au long de ma carrière, l’année dernière l’équipe a pêché. J’ai fait comme les autres et c’est à ce moment là que j’aurais aimé être un peu plus régulier. Mais c’est tout un collectif qui permet d’en sortir individuellement. Si cette année on arrive à le capter, on va pouvoir individuellement être beaucoup plus fort.
« J’ai pris les choses trop à cœur »
 Pourquoi étiez-vous si nerveux ?
Quand à l’OM on reste douze matchs sans gagner, ça fait mal. J’ai pris les choses trop à cœur. Mais c’est comme ça, je suis entier. Mais ça m’a servi et je sais que je dois davantage garder mon énergie pour le jeu. Je sais que je vais y arriver. C’est l’apprentissage.
 
Etiez-vous nerveux à cause de votre mauvaise prestation ou des résultats de l’OM ?
C’est collectif. Quand il n’y a plus de plaisir, c’est qu’il y a un problème au sein du collectif. C’est surtout ça qui était frustrant. Après, ça c’est enchaîné. On n’a plus gagné et c’est quand même très dur sur le terrain quand on ne réagit plus.
 
La saison dernière vous parliez de tricheurs, avez-vous remis les pendules à l’heure entre vous ?
Je n’ai jamais dit qu’il y avait des tricheurs, j’ai dit qu’il y avait un manque d’efforts de certains. Aujourd’hui, l’ossature est presque la même. Maintenant, c’est avec nos armes à nous qu’on peut faire quelque chose. Si on est très fort dans la tête, qu’on soit 30 ou qu’on soit un groupe assez restreint comme c’est le cas, il y a quand même beaucoup de choses à faire. On est à l’OM donc on doit mouiller le maillot. Si on le fait, il n’y aura pas grand-chose à reprocher.
« Barton ? C’est bon d’avoir quelqu’un qui a du mordant »
 Les ambitions de l’OM sont-elles revues à la baisse ?
Je constate les choses. Cette année a l’air moins belle parce qu’il n’y a pas ce prestige de la Ligue des Champions, mais je pense qu’on est capable de redresser la barre pour pouvoir la rejouer l’année prochaine. Mais je ne me préoccupe pas trop de ça. Je dois faire mon boulot du mieux possible avec mes coéquipiers pour justement arriver à redresser l’OM.
 
Pensez-vous que vous avez l’effectif nécessaire pour ça ?
C’est vrai que l’effectif est assez restreint, mais il ne faut pas calculer toutes ces choses-là. Il faut se mettre au boulot, persévérer ensemble et si on arrive à avoir un bon état d’esprit et si on prend du plaisir, je pense qu’il en ressortira des choses positives.
 
Regrettez-vous déjà le départ annoncé d’Azpilicueta ?
C’est comme ça dans le football. C’est vrai qu’on a eu de super relations, mais on doit avancer, Rod (Fanni) est là aussi. Il faut se rôder un peu avec lui il y a de bonnes choses à faire. Je pense que ce sont les automatismes et les matchs qui vont améliorer tout ça.
 
Que pensez-vous de Joey Barton ?
C’est bon d’avoir quelqu’un qui a du mordant. Si on est plusieurs comme ça, ça ne sera que bon pour l’équipe. Si ça peut apporter plus de gnac, c’est bien. Mais déjà il faut jouer au football et proposer du jeu. On sait qu’on doit le faire, c’est par là qu’on pourra gagner des matchs. L’année dernière, à un moment donné il aurait fallu plus de mordant. Pendant cette période difficile, si on avait eu plus de mordant, on n’aurait peut-être pas fait douze matchs comme ça.