Le Grand Stade de Lille n'a toujours pas de nom

par mardi 31 juillet 2012 09:10
Panoramic

Inauguré le 17 août prochain face à Nancy pour la deuxième journée de Ligue 1, le Grand Stade de Lille n'a toujours pas trouvé de nom. La faute à un accord qui n'est pas encore finalisé entre la Communauté urbaine de Lille et Partouche. Le temps presse...

Grand Stade cherche nom plus glamour. Cela pourrait être le titre d’une offre publiée par la Communauté urbaine de Lille dans la rubrique « Petites annonces » du canard local. A 17 jours de l’inauguration de sa nouvelle enceinte ultra-moderne de 50000 places, le LOSC n’a toujours pas signé de partenariat avec une entreprise. Le stade dont tout le monde parle dans la région n’a donc pas de nom. Un statut d’anonyme qui ne semble pas troubler les décideurs nordistes avant le match inaugural face à Nancy (2eme journée de Ligue 1). Il faut dire que ce n’est pas un souci de taille pour l’organisation du match mais cela fait un peu tache à quelques encablures du début de la Ligue 1. Comme beaucoup l’ont déjà fait ou vont le faire, Lille a choisi le naming pour aider au financement de son nouveau bijou. L’affaire qui consiste à prendre le nom d’une entreprise moyennant une enveloppe annuelle de cinq millions d’euros a pourtant du mal à se concrétiser.

Partouche, sponsor maillot du LOSC depuis 1998, s’est pourtant déjà positionné sur le dossier et a même formulé une offre. « On a fait notre offre, la balle est dans le camp de LMCU (ndlr : la Communauté urbaine) », a expliqué la direction du groupe à Nord Eclair. Mais l’offre de la célèbre enseigne de casinos, qui s’élèverait à deux millions d'euros par an, ne semble pas satisfaire Pierre de Saintignon, négociateur en charge du dossier : « Lille ne peut être comparée au Mans (ndlr : un million par an pour le naming) ou à Nice (ndlr : 1,8 million par an), au niveau de la taille du stade, de ses technologies, de la faisabilité de toutes sortes de spectacles, explique le premier adjoint de Martine Aubry à la mairie de Lille. Sans être mégalos, nous sommes au coeur de l'Europe du Nord, avec 78 millions de personnes à moins de 1h20 de distance. Ce stade est donc un objet très spécial pour nous comme pour les entreprises. Cela explique pourquoi on est aussi exigeant sur le nom : il sera un élément d'une image portée dans le monde. Et cela explique pourquoi on ne veut pas brader ce stade. »

A priori donc, le premier match des Dogues à domicile devrait se jouer au « Grand Stade », en attendant qu’un accord soit trouvé avec un partenaire de la région. « Nul n'est devin, mais a priori, le premier match se jouera au « Grand Stade », a confirmé de Saintignon à Nord Eclair. Nous sommes actuellement en négociations sur plusieurs horizons. Hormis Partouche, nous avons au moins trois autres candidats sérieux sur lesquels nous ne pouvons rien dire pour l'instant. » Le mystère reste donc entier et si les travaux ne sont pas tout à fait achevés, les dirigeants nordistes assurent que tout sera fin prêt le jour J. Pour LMCU et les contribuables de l'agglomération, un accord est une nécessité. Il permettrait d’alléger la redevance annuelle que devra verser la Communauté urbaine pour devenir propriétaire de son nouveau stade. Un gain net de 3,3 à 3,8 millions d’euros sur 31 ans est possible. Par les temps qui courent, nul doute que le bras droit de Martine Aubry à Lille saura vite trouver une solution. Mais il prévient : « Nous voulons un beau nom, de belle qualité, une entreprise solide et de bonne réputation. L'idéal serait une entreprise de la région, mais on ne peut pas décider à la place des acteurs économiques de la région. » La balle est dans leur camp.