La Russie, la plus dépensière au monde

par lundi 23 juillet 2012 15:15
Panoramic

Selon un rapport publié lundi par la FIFA, une baisse de 9% de transferts internationaux est à constater lors des six premiers mois de 2012 par rapport à la même période en 2011. La Russie et le Brésil arrivent étonnement en tête.

Afin de mieux réguler les transferts, la FIFA a commandé un rapport semestriel sur l’activité des transferts internationaux entre janvier et juin 2012. L’instance internationale a publié lundi les résultats qui permettent d’effectuer une comparaison entre les six premiers mois de cette année et le premier semestre 2011. Et le constat est net : le marché s’est calmé par rapport à l’exercice précédent : « Au cours des six premiers mois de l’année 2012, les clubs de football professionnels ont réalisé un total de 4 973 transferts internationaux, ce qui représente 9% de moins qu’à la même période en 2011. Comme l’année dernière, la plupart des transferts concernent des joueurs sans contrat au moment de leur engagement par un nouveau club, ce qui représente 72% des transferts réalisés entre janvier et juin », apprend-on dans ce rapport.
Par conséquent, durant le Mercato hivernal et la première partie du marché estival (qui s’ouvre à la mi-juin), les transactions ont en grande majorité concerné des joueurs en fin de contrat. A noter également que le montant total de l’indemnité financière a « atteint 576 millions de dollars (ndlr : 475 millions d’euros), soit 294 millions de moins qu’à la même période l’année dernière (ce qui équivaut à une baisse de 34%). Selon la FIFA, la crise économique qui frappe le monde entier est une cause majeure de cette baisse : « Ces résultats pourraient indiquer que la récession mondiale - qui se traduit notamment par la frilosité des sponsors, des politiques de prêt bancaire restrictives et des autorisations de découvert pour les clubs revues à la baisse - se fait ressentir sur le marché des transferts internationaux. » La mise en place du fair play financier, prévue dans quelques mois, peut également l’expliquer.
Chose étonnante, en terme de sommes dépensées durant cette période, c’est la Russie qui arrive en tête devant le Brésil, qui est le pays à avoir perçu le plus d’argent durant le semestre. Les clubs russes, dont notamment l’Anzhi Makhachkala, ont dépensé 53 millions d’euros tandis que les clubs brésiliens ont dépassé la barre des 51 millions d’euros. Grâce au PSG, la France se classe à la troisième place (47 millions) devant l’Angleterre (45,7 millions). Mais les transferts de Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva, effectués en juillet, n’ont pas été pris en compte. Hormis le PSG et Lille, qui profite de la manne financière acquise grâce à Eden Hazard, parti à Chelsea, les clubs de l’Hexagone sont dans la même optique : dégraisser avant d’acheter. Les prêts sont aussi privilégiés. Un vrai monde d’écart avec le PSG…