Vote de confiance au gouvernement italien sur les unions gays : "Un moment très important pour l'Italie" (Marc Lazar)

par Rédaction de France Info jeudi 25 février 2016 09:51

Dernier pays occidental à ne pas être doté d'un cadre juridique pour les unions homosexuelles, l'Italie s'apprête à vivre un moment important, explique sur France Info Marc Lazar, directeur du Centre d'histoire de Sciences-Po. C'est en effet ce jeudi que le gouvernement de Matteo Renzi engage sa responsabilité devant le Sénat sur un projet d'union civile pour les couples de même sexe. Marc Lazar trace un parallèle : "2017 sera l'équivalent de 1974, c'est-à-dire la loi par référendum obtenue sur le divorce. C'est un moment très important que vit l'Italie".

Marc Lazar rappelle qu'il y a dix ans, Romano Prodi avait échoué à faire passer une loi similaire : "Il y a eu une pression terrible à l'époque de la conférence épiscopale italienne qui avait menacé de mettre au ban de l'Eglise les élus catholiques qui voteraient cette loi. Cette fois-ci, le pape a adopté une autre position, consistant à dire qu'il ne se mêlerait pas de la politique mais qu'il rappelait la position traditionnelle de l'Eglise".

Le projet du gouvernement Renzi a tout de même été amputé d'une disposition importante : la possibilité d'adopter l'enfant naturel de son conjoint. Là encore, le poids de l'Eglise aura été déterminant, souligne Marc Lazar : "Il y avait une Italie extraordinairement divisée sur la question des adoptions. C'est pour cela que Matteo Renzi a dû faire machine arrière. Depuis qu'il est au pouvoir, c'est la première fois qu'il a dû reculer sous la pression des catholiques".