Vidéo-choc dans un abattoir : l'établissement fermé par le maire, le parquet saisi

par Rédaction de France Info mardi 29 mars 2016 14:46, mis à jour le mardi 29 mars 2016 à 15h57
L\\\'abattoir intercommunal du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre
Images tournées à l'abattoir intercommunal du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre © Capture d'écran L214

Le maire de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques) ordonne ce mardi la fermeture de l'abattoir de sa commune "pour une durée indéterminée, à titre conservatoire, le temps de faire l'enquête qui devra faire la lumière sur les pratiques visibles sur cette vidéo." Une décision prise après la publication d'une vidéo de l'association L214 de défense des animaux.

Dans un communiqué que s'est procurée France Bleu Pays Basque, Michel Etchebest précise demander à la direction de l'abattoir "de prendre sur le champ toutes les mesures et sanctions adéquates envers les auteurs de ces actes, sans préjuger des sanctions ou mesures plus importantes à venir" suite aux conclusions de l'enquête. L'élu ajoute que l'abattoir de la commune "'est connu pour la qualité de son travail (…) et ne saurait accepter de telles pratiques sous aucun prétexte."

De son côté, Stéphane Le Foll demande "immédiatement aux préfets de faire réaliser, dans un délai d'un mois, des inspections spécifiques sur la protection animale dans l'ensemble des abattoirs de boucherie du territoire national". En cas de "défaut avéré", l'agrément de ces établissements sera suspendu, précise le ministre de l'Agriculture dans son communiqué. Par ailleurs, le préfet du département a saisi le parquet et suspendu l'agrément de l'établissement. 

A LIRE AUSSI ►►► L'association L214 dénonce des maltraitances dans un abattoir basque

L'association L214 de défense des animaux a publié ce mardi une vidéo-choc, tournée en caméra cachée, dans un abattoir intercommunal de Pays de Soule, à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). Le directeur de l'abattoir s'est dit "dégoûté" par les images montrant des mauvais traitements infligés à des animaux dans son établissement. 

Invitée de France Info après la décision de Stéphane Le Foll, Brigitte Gothère, porte-parole de l'association L214 a demandé à ce qu'on "arrête de se voiler la face". Selon elle, les services vétérinaires procèdent déjà aujourd'hui à des inspections. Elle estime donc qu’on "esquive le vrai débat, sur la légitimité de continuer à faire ce qu’on fait alors que consommer des produits d’origine animale n’est pas nécessaire".
 
 

Abattoir made in France - agneaux et veaux - Mauléon-Licharre from L214 on Vimeo.