Reprise de Palmyre : "La stratégie russe en Syrie est la bonne" (militaire français)

par Rédaction de France Info lundi 28 mars 2016 08:48, mis à jour le lundi 28 mars 2016 à 08h48

Le général Dominique Trinquand, ancien chef de mission militaire auprès de l'ONU, salue ce lundi sur France Info le rôle de la Russie dans la reprise de Palmyre au groupe Etat islamique : "Je pense que tout le monde a réalisé, après les atermoiements initiaux, que la stratégie russe en Syrie était la bonne stratégie, qu'après avoir critiqué en permanence le gouvernement de Bachar al-Assad - qui reste critiquable - c'est le seul interlocuteur qui tient la route autour des tables de négociations. Il faut simplement lui faire comprendre que sa situation de force ne lui permet pas d'écraser les autres, qu'il doit discuter, mais la position russe depuis un an et demi a vraiment inversé la donne en Syrie."

"Les Russes avaient considéré que l'écroulement du régiment de Bachar el-Assad était une catastrophe pour la Syrie parce que ça serait le vide créé dans un état important, donc ils ont mis en place des moyens importants qui ont permis de remettre en selle le gouvernement de Bachar al-Assad, de reprendre Alep et Palmyre, et de l'asseoir à la table des négociations à Genève, et, au moment où commençaient les négociations à Genève, de dire 'nous commençons notre retrait', ce qui est une manière de dire à Bachar al-Assad : négociez, vous n'êtes pas tellement fort que vous puissiez écraser l'opposition, vous devez négocier avec elle" ajoute le général Trinquand.

Le militaire souligne également le rôle logistique de la Russie dans l'avancée du régime syrien face à Daech : " La grande bascule qu'il y a eu tactiquement, c'est que les avions russes sont capables d'appuyer les troupes au sol. Ce ne sont pas seulement les frappes stratégiques, mais l'appui au sol, qui fait qu'on grignote le terrain, en détruisant certes beaucoup, mais très certainement en frappant de façon importante Daech. Ce qui va être important est de savoir qui va peser dans la prise de Raqqa. Je pense que les kurdes peshmergas vont peser lourd, et ça, pour l'avenir aussi bien en Syrie qu'en Irak, c'est très important."

L'armée syrienne a repris dimanche la ville de Palmyre au groupe Etat islamique. La cité antique se site à un carrefour routier majeur pour le régime de Bachar al-Assad.