Piratage/données sensibles: "On gère plusieurs cas par semaine", "dans tous les secteurs d’activité" (G.Billois,Solucom)

par Rédaction de France Info jeudi 18 février 2016 18:30

Alors que des hackers ont neutralisé tout le service informatique d'un hôpital de Los Angeles pour le versement d’une rançon, l’expert en cyber-sécurité Gérôme Billois a avoué jeudi sur France Info que "l’équipe de réponse à incident" de la société Solucom pour laquelle il travaille "gère plusieurs cas par semaine" d’attaques de ce type.

Ces piratages "très rentables et simple à réaliser" concernent selon lui "tous les secteurs d’activité", comme la santé, l’industrie ou encore des banques.
"Malheureusement entre la défense et l’attaque, ça penche clairement du côté de l’attaque", a-t-il déploré, ajoutant que "la cyber-sécurité a été pendant des années un petit peu oubliée."

"On n’imaginait pas que les systèmes informatiques puissent un jour ne pas marcher ou être la cible d’une attaque. Donc on a créé des systèmes très ouverts, on a intégré l’informatique partout mais sans intégrer à la conception la cyber-sécurité", a expliqué Gérôme Billois.

L’expert a constaté que cela était "particulièrement vrai dans les hôpitaux, où aujourd’hui quand vous achetez un système type scanner, IRM ou radios, cela vient avec un ordinateur, qui vient du fournisseur et où la sécurité n’a pas été forcément intégrée", ajoutant qu’il était même parfois impossible pour l’hôpital d’intégrer une sécurité, "parce que cela n’a pas été prévu dès le début par le fournisseur."

Gérôme Billois a donc appelé à un investissement "dans la cyber-sécurité pour se mettre au même niveau que ceux qui font les attaques."