Perturbateurs endocriniens : les jeunes enfants "sont plus exposés" (Genérations Futures)

par Rédaction de France Info mardi 1 mars 2016 07:25

L'association Générations Futures révèle dans une étude la présence 30 pesticides dont 12 perturbateurs endocriniens dans une vingtaine de maisons situées en zone agricole tout au long de l'année.
Pour François Veillerette, Porte-Parole de Générations Futures, "c'est une question de santé publique qui concerne des centaines de milliers de personnes en France qui vivent à côté de ces espaces cultivés et qui sont exposées à ces cocktails de produits dangereux". Selon lui, "les scientifiques sont préoccupés par les jeunes enfants parce que les nourrissons se déplacent à quatre pattes par terre, ils portent la main à la bouche. Ils sont plus exposés."
Les pathologies provoquées par les perturbateurs endocriniens dans la poussière sont "certains cancers, des problèmes de reproduction, de métabolisme, des troubles du système nerveux etc. Toutes ces maladies chroniques qui coutent si cher à la sécurité social", a-t-il précisé. "C'est 150 milliards de frais sanitaires dont 120 milliards pour les pesticides perturbateurs endocriniens par an pour l'Union Européenne. C'est colossal!" a-t-il ajouté.
L'herbicide Diuron, interdit depuis 2008, a été retrouvé dans 90% des échantillons. Ce qui veut dire que "les produits une fois pénétrés dans les maisons se dégradent lentement. On va le retrouver pendant des années et des années", selon François Veillerette.
L'association Générations Futures "appelle la ministre de l'Environnement à l'action". "Elle doit contacter le Commissaire européen en charge de ces affaires pour qu'il applique un règlement sur les pesticides qui prévoient justement de retirer ces perturbateurs endocriniens du marché."
Source : 6h-9H de France Info
Invité : 06h45
Validation : MM