Menaces sur la forêt africaine : Greenpeace épingle le groupe Bolloré

par Rédaction de France Info mardi 23 février 2016 04:45, mis à jour le mardi 23 février 2016 à 11h16
Opération coup de poing des militants de Greenpeace à Paris sur les autolib\\\' gérées par le groupe Bolloré
Opération coup de poing des militants de Greenpeace à Paris sur les autolib' gérées par le groupe Bolloré © RF / Christophe Guigueno

L’ONG environnementale Greenpeace publie ce mardi un rapport intitulé "menaces sur la forêt africaine". Il pointe le risque d’une déforestation destinée à favoriser la production d’huile de palme.

Dans son rapport, l'ONG Greenpeace vise plusieurs entreprises. Parmi elles figure la Socfin. Derrière ce nom, on retrouve l’homme d’affaires français Vincent Bolloré. Il possède 38 % des parts de la Société Financière des Caoutchoucs, l’un des principaux planteurs du continent africain et asiatique dont le siège est au Luxembourg.

Greenpeace réclame une politique zéro déforestation

Greenpeace demande à Vincent Bolloré "d’user de son influence au sein du conseil d’administration pour convaincre la Socfin d’adopter immédiatement une politique zéro déforestation basée sur les standards les plus élevés, et à défaut de se séparer de ses parts dans l’entreprise". L’ONG demande également au groupe Bolloré "d’adopter et de rendre publique immédiatement une politique zéro déforestation respectueuse des droits des communautés locales, pour les activités et les investissements du groupe Bolloré, basée sur les standards existants les plus élevés".

Greenpeace souhaite que le groupe français rende compte "régulièrement et en toute transparence" des progrès accomplis dans la mise en œuvre d’une telle politique et enfin de "soutenir l’adoption de règlementations zéro déforestation dans les pays dans lesquels le groupe investit". 

Selon Cécile Leuba, chargée de campagne Forêt à Greenpeace, la déforestation concerne les forêts du bassin du Congo, le deuxième massif forestier du monde après l'Amazonie, réparties sur six pays d'Afrique centrale. "L'impact est majeur pour la biodiversité, le climat et pour les populations locales qui vivent en bordure des plantations d'huile de palme" explique-t-elle. "Le groupe Bolloré joue sur les mots en expliquant qu'il n'est qu'un facilitateur. Nous estimons qu'il est un véritable influenceur au sein de la Socfin. D'ailleurs Vincent Bolloré fait partie de son conseil d'administration. Nous voulons éviter que la déforestation massive, qui est intervenue ces dernières années en Asie (Malaisie et Indonésie), ne se reproduise dans les forêts du bassin du Congo."

Opération "coup de poing" des militants Greenpeace 

Ce mardi matin, des militants de Greenpeace ont pris pour cible les Autolib', les voitures en libre-service à Paris, dont le fonctionnement est assuré par le groupe Bolloré. Plusieurs dizaines de militants de Greenpeace ont collé des affichettes sur environ 300 voitures selon l'ONG. Une façon d'interpeller Vincent Bolloré, mais également de sensibiliser le grand public à la question de la déforestation. Sur les réseaux sociaux, l'opération a été largement relayée à travers le hashtag (mot-clé) #ZeroDeforestation.