Loi Travail : les étudiants de l'UNEF continuent "la mobilisation"

par Rédaction de France Info vendredi 11 mars 2016 11:44, mis à jour le vendredi 11 mars 2016 à 12h44
Manuel Valls, Emmanuel Macron et Myriam El Khomri ont reçu les représentants de l\\\'UNEF vendredi matin
Manuel Valls, Emmanuel Macron et Myriam El Khomri ont reçu les représentants de l'UNEF vendredi matin © MaxPPP

Le rendez-vous entre l'UNEF et Manuel Valls vendredi s'est soldé par un échec selon le président du syndicat étudiant, William Martinet. Sur Twitter, l'UNEF affirme que "la mobilisation continue sur les facs et les lycées".

Après les syndicats et le patronat, le Premier ministre a commencé à recevoir vendredi à Matignon les organisations étudiantes et lycéennes. Le président de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF), William Martinet, ne semble pas été convaincu par les explications de Manuel Valls, entouré de la ministre du Travail Myriam El Khomri et du ministre de l'Economie Emmanuel Macron. Dans un tweet, le principal syndicat étudiant a appelé à "continuer la mobilisation".

"Un désaccord entier"

L'UNEF réclame le retrait du projet de loi Travail. Son représentant national a mis à nouveau l'accent sur la précarité, précisant sur France Info que "sur le fond, le désaccord avec le gouvernement reste entier"

La flexibilité avancée par Manuel Valls, "c'est de la précarité" : William Martinet, président de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF)

Le président de l'UNEF a précisé ce qu'il attend à présent du Premier ministre, "un retrait du projet de loi et le lancement de nouvelles discussions, cette fois sur de bonnes bases".

"On a pu échanger, affirmer nos désaccords sur le contenu de ce projet de loi mais ce gouvernement, sur toutes les questions centrales : modulation du temps de travail, de la rémunération des heures supplémentaires, la question des indemnités prud'homales" a expliqué William Martinet à la sortie de la réunion à Matignon ajoutant que "sur tous ces sujets, finalement il n'y a pas de véritable discussion de fond"