Attentats de Bruxelles : "la marche contre la peur" de dimanche annulée

par Rédaction de France Info samedi 26 mars 2016 15:41, mis à jour le samedi 26 mars 2016 à 17h02
place de la bourse
La marche de dimanche devait s'élancer de la place de la Bourse à Bruxelles © REUTERS/Vincent Kessler

Les organisateurs de "la marche contre la peur" ont décidé d'annuler la manifestation de dimanche. Le ministre de l'Intérieur belge avait appelé les Bruxellois à s'abstenir de défiler pour "raisons de sécurité".

Les Bruxellois voulaient organiser ce dimanche "une marche contre la peur", après les attentats qui ont fait 31 morts mardi dans la capitale belge. Une manifestation qui a finalement été annulée par les organisateurs. 

Un problème de sécurité

Le maire de Bruxelles avait déconseillé à ses administrés de défiler. "Vu le niveau 3 (sur une échelle de 4, NDLR) de la menace qui reste maintenu, vu les enquêtes en cours, et étant donné la mobilisation et la capacité policière sur le terrain, nous voulons inviter les citoyens à ne pas manifester demain", avait déclaré ce samedi Yvan Mayeur. Il recommandait aux habitants de "reporter leur manifestation à dans quelques semaines". Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, était sur la même position et invoquait des "raisons de sécurité". 

La marche citoyenne devait partir de la place de la Bourse, là où se retrouvent depuis plusieurs jours les Bruxellois pour rendre hommage aux victimes. Selon les mots des organisateurs, cette manifestation avait pour objectif de "mettre en avant le vivre ensemble et la solidarité" et "montrer à ceux qui veulent nous mettre à genoux que nous resterons debout".

Organisateurs et autorités sur la même ligne

Mais ils ont accepté de ne pas manifester. "La sécurité des citoyens est une priorité absolue. Dès lors, nous rejoignons totalement les autorités dans cette proposition de report à une date ultérieure. Nous demandons donc, à notre tour, aux citoyens de ne pas venir ce dimanche à Bruxelles", annoncent-ils dans un communiqué. 

A LIRE AUSSI ►►► Le réseau des attentats de Paris et Bruxelles quasi "anéanti" ? La Belgique reste prudente