La nouvelle loi Travail "ne changera strictement rien aux problématiques du chômage en France" (N. d'Hueppe/Croissance Plus)

par Rédaction de France Info mardi 15 mars 2016 09:36

Alors que Manuel Valls a présenté lundi la nouvelle version du projet de loi de réforme du Code du travail, Nicolas d’Hueppe, de Croissance Plus, a déploré mardi sur France Info "un rendez-vous raté". "A l'heure du numérique, on avait l'occasion de lancer un grand débat national sur les emplois de demain, l'organisation au sein de nos entreprises de demain", a expliqué le vice-président de ce réseau de petites et moyennes entreprises. Au final, on est en train d'organiser une reculade avec une loi, vidée, au moins partiellement, de son sens, qui ne changera strictement rien aux problématiques du chômage en France."

"Ce qui nous intéressait, c'était la dynamique que cela allait pouvoir créer, a expliqué Nicolas d’Hueppe. Pour l'instant on est partis dans des mesures très techniques et très difficiles à suivre, et je doute que chacun s'y retrouve."

La limite, maintenant "indicative", du barème des indemnités prud'homales inscrite dans le texte, point de crispation entre gouvernement et syndicats, n'est pas une mauvaise mesure et ne devrait pas créer autant d'opposition, d'après le vice-président de Croissance Plus : "Un patron n'a pas peur d'embaucher, mais il y a toujours un risque. Amener un peu de visibilité sur les conséquences d'un échec serait une incitation forte à prendre plus de risques dans le recrutement."

Pour Nicolas d’Hueppe, la philosophie globale de cette réforme du droit du travail n'est pas bonne : "On ne va pas créer les emplois de demain en opposant des patrons et des employés. Les entreprises, elles, fonctionnent ensemble. En jouant sur les peurs d'un employé fainéant pour lequel le patron doit être protégé ou de patrons exploiteurs qui ne rêvent que de licencier, on tourne en boucle, cela fait quarante ans qu'on joue à cela, et en attendant on perd en compétitivité."