La centrale de Cattenom pas aux normes, la Commission européenne saisie

par Rédaction de France Info mercredi 2 mars 2016 19:08
La centrale nucléaire de Cattenom (Moselle)
La centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) ne serait pas aux normes, selon un rapport rendu au Parlement allemand © MaxPPP

Un rapport commandé par le groupe des Verts au Parlement allemand remet en cause la sécurité de la centrale de Cattenom, en Moselle. Le Luxembourg a saisi la Commission européenne.

Selon ce rapport, la centrale de Cattenom n'est pas au niveau des nouvelles normes européennes de l'après Fukushima. 
Le gouvernement luxembourgeois, pays limitrophe, a saisi la Commission européenne.

Un rapport souligne de graves lacunes

Le rapport compare les normes de sécurité de la centrale avec les nouvelles normes européennes minimales entrées en vigueur après Fukushima. 70 pages rédigées par Manfred Mertins, ingénieur nucléaire, qui soulignent de graves lacunes par rapport aux normes internationales. Plusieurs normes ne seraient pas à niveau : la résistance en cas d'inondation, de tremblement de terre ou encore si un avion venait à se projeter sur la centrale nucléaire.
 

Si la centrale était en Allemagne, elle serait fermée

Le rapport aboutit à une conclusion : si la centrale était installée sur le territoire allemand, elle serait purement et simplement fermée, car trop dangereuse selon les normes du pays. Les Verts allemands exigent la fermeture de la centrale. Au Luxembourg, le gouvernement a sollicité l'avis de la commission européenne.

En 2013, quelques mois après l'incendie d'un transformateur électrique, la centrale de Cattenom connaissait un nouvel incident : plusieurs dizaines de mètres cube d'acide chlorhydrique s'étaient déversés sur le sol, avant d'être rejetés dans la Moselle.

Une action de pays frontaliers de la France en cours de discussion 

Michèle Rivasi, députée européenne EELV, invitée mercredi sur France Info, a assuré qu’une action de pays frontaliers de la France étaient "en cours de discussion". 
 
"Une action envisageable d’autant que les Allemands ont eu le soutien des Luxembourgeois", a-t-elle ajouté, précisant que "ce rapport a sensibilisé les Luxembourgeois, qui veulent absolument que la France arrêtent ses centrales.