"Il faut que les Français se préparent" à une "catastrophe nucléaire"

par Rédaction de France Info vendredi 11 mars 2016 07:45
Bruno Chareyron, le directeur de la CRIIRAD
Bruno Chareyron, le directeur de la CRIIRAD © maxPPP

Alors que le Japon commémore ce vendredi les cinq ans de la catastrophe de Fukushima, Bruno Chareyron, directeur de la CRIIRAD, a estimé sur France Info que les mentalités en France et en Europe ont changé depuis la catastrophe nucléaire. Mais que ce n'est pas suffisant.

"Beaucoup de personnes, y compris au plus haut niveau, au niveau de l'Autorité de sureté nucléaire, reconnaissent que la catastrophe nucléaire est possible chez nous, et c'est extrêmement important car c'est une réalité. Il faut que les Français s'y préparent" affirme Bruno Chareyron, directeur de la CRIIRAD.

Mais cet ingénieur en physique nucléaire déplore le manque de mesures adoptées en France pour améliorer le niveau de sécurité. "Les autorités, les exploitants se sont aperçus qu'il fallait augmenter le niveau de sureté de nos installations, ce qui n'est toujours pas fait aujourd'hui. On parle d'investissements de l'ordre de plusieurs dizaines de milliards d'euros et l'Autorité de sureté nucléaire a autorisé EDF à attendre quelques années avant de faire tous ces investissements. Ça veut dire qu'on tolère un niveau de risques qui ne correspond pas aux standards qu'on devrait appliquer suite à Fukushima.

Le directeur de la CRIIRAD s'est également inquiété du manque de prise en compte du risque de terrorisme : "La chute d'un avion de ligne volontaire sur une centrale n'est pas prévue, les gens doivent savoir que la catastrophe nucléaire est possible".

"Il faut que les Français se préparent" à une "catastrophe nucléaire" - l'interview intégrale de Bruno Chareyron, directeur de la CRIIRAD avec Fabienne Sintès

Le 11 mars 2011, le nord-est du Japon était frappé par un séisme de magnitude 9. Un tsunami dévastateur a tué près de 20.000 personnes et a provoqué un accident majeur à la centrale nucléaire de Fukushima.