L'obésité, c'est "un peu une association de malfaiteurs : nous sommes tous responsables."

par Rédaction de France Info lundi 28 mars 2016 13:03

En 40 ans, les enfants auraient perdu près de 25% de leur capacité cardiovasculaire, révèle une enquête australienne relayée par la Fédération française de cardiologie. Elle s'inquiète de la sédentarité croissante chez les jeunes, dès 4 ans. Ils n'ont plus d'endurance, disent les médecins. 

"Moins d'un enfant sur deux fait en moyenne 60 minutes d'activité physique quotidienne", évalue Claire Mounier-Véhier, présidente de la Fédération Française de Cardiologie sur France Info. Un chiffre qui inquiète les médecins et qui s'explique par le développement des technologies, mais pas seulement. "C'est un peu une association de malfaiteurs : nous sommes tous responsables, les parents, les grand-parents mais aussi le milieu scolaire..."

Ecole, collège et lycée doivent inciter les jeunes à changer leur comportement. "Non seulement les établissements scolaires apportent une certaine émulation avec le sport collectif. Mais cela permet aussi aux élèves de rapporter le message à la maison."
Refaire des balades en famille, aller à la piscine, ce n'est pas une question d'argent, mais une question de mentalité, insiste la cardiologue.

Et il est impératif de comprendre ce message. "Ne plus faire de sport, rester assis toute la journée favorise le surpoids et l'obésité. Il y a donc plus de risques de faire de l'hypertension, d'avoir les artère rigides ou des complications cérébrales à l'âge adulte." Mais Claire Mounier-Véhier ne veut pas tomber dans le catastrophisme pour autant "Compenser un manque d'activité physique, c'est difficile mais c'est possible. Même les séniors peuvent y arriver.Reprendre une bonne hygiène de vie, c'est toujours possible. Il n'y a pas d'âge pour cela".