Fin de la trêve hivernale : le nombre de foyers expulsés augmente chaque année

par Rédaction de France Info mercredi 30 mars 2016 15:23
Mobilisation unitaire pour le logement et le respect de la loi Dalo à Paris le 7 octobre 2011
Mobilisation unitaire pour le logement et le respect de la loi Dalo à Paris le 7 octobre 2011 © MaxPPP

La trêve hivernale s'achève jeudi soir : après cinq mois d'interruption des expulsions locatives, de 30.000 à 40.000 foyers risquent d'être délogés, souvent en raison de loyers impayés. Ils sont de plus en plus nombreux chaque année.

La date du 1er avril marque la fin de la trêve hivernale. 30 000 à 40 000 foyers risquent l'expulsion, sur un total de 190 000 décisions de justice pour des loyers impayés.

La fuite, plutôt que le tribunal

"Ils sont chaque année de plus en plus nombreux", déplore Jean-Bastiste Eyraud, porte-parole de Droit au logement sur France Info. " Et beaucoup ont peur du gendarme : lorsqu'ils reçoivent un avis, une convocation au tribunal ou un courrier de la préfecture, ils préfèrent prendre la fuite. 

L'Etat responsable de la hausse des jugements ?

Or depuis 2007, la loi sur le Droit au logement opposable (Dalo) oblige l'Etat à proposer une solution de relogement aux familles expulsées. Mais le milieu associatif accuse les pouvoirs publics de ne pas respecter cette disposition, et d'être responsable de la hausse des jugements d'expulsion. "D'un côté, on a une hausse des prix du logement. De l'autre, une précarisation des statuts salariaux. Et l'Etat, lui, diminue des allocations."

L'objectif "zéro expulsion" serait possible en cinq ans

Inverser la tendance et se donner un objectif "zéro expulsion", c'est possible "en un quinquennat", selon Jean-Baptiste Eyraus. "Il faut en plus que l'Etat encourage une baisse des loyers et la réalisation massive de logements sociaux", ajoute-t-il. Une manifestation contre la fin de la trêve hivernale est prévue samedi 2 avril à 14h30, place de la République à Paris.