ExoMars est un programme "très ambitieux" (Chercheur au CNRS)

par Rédaction de France Info lundi 14 mars 2016 10:58

L'Agence spatiale européenne lance ce lundi, de Baïkonour au Kazahstan, la mission spatiale ExoMars, en coopération avec la Russie. L'objectif est de poser un robot sur la planète Mars. François Forget, astrophysicien, directeur de recherche au CNRS, a qualifié sur France Info le programme ExoMars de "très ambitieux."
Le lancement de la sonde équipée d'un petit module d'atterrissage se fera en deux temps a précisé la planétologue: " La première partie du lancement se fait avec une mise en orbite autour de la Terre et puis l'injection vers mars se fera en rallumant les moteurs autour de 20h47 (heures françaises). On aura vraiment confirmation du succès en fin de soirée", a-t-il expliqué.
Le satellite, qui sera placé en orbite, "a pour objectif, grâce a des spectromètres, de renifler dans l'atmosphère pour voir s'il y a des traces de gaz qui pourraient être la signature d'activités souterraines" a ajouté François Forget. Les scientifiques s'attendent "à une activité géochimique ou une activité volcanique qu'on a du mal à bien caractériser sur Mars, mais on mène l'enquête sur certaines traces de gaz qui pourraient être l'émanation de bactéries qui sont en profondeur", a expliqué le chercheur.
"On va beaucoup étudier l'atmosphère, le système climatique de Mars, et donc quand on étudie une planète qui ressemble beaucoup à la Terre, on apprend aussi beaucoup sur notre Terre. Non seulement, on recherche la vie mais aussi on fait de la planétologie comparée, c'est à dire étudier les autre planètes pour mieux comprendre comment fonctionne la Terre et en particulier le climat"
Cette mission a pour but de poser à terme des hommes sur Mars. L'atterrisseur "est équipé de plein de capteurs pour mieux comprendre, mieux maitriser la technique d'atterrissage (…) On va pouvoir mettre au point plus tard des techniques pour poser des charges beaucoup plus lourdes à la surface," a-t-il dit.