Evacuation d'une partie de la "jungle" de Calais : MSF "très inquiet"

par Rédaction de France Info vendredi 12 février 2016 18:36, mis à jour le vendredi 12 février 2016 à 18h36

"Nous sommes très inquiets de cette annonce", a réagi ce vendredi sur France Info Agnès Lerolle, juriste de Médecins sans Frontières (MSF) à Calais. La préfète du Pas-de-Calais a dit vouloir faire évacuer "à peu près la moitié de la 'jungle'" de Calais, soit environ "800 à 1.000 personnes" dès la semaine prochaine. Pour Agnès Lerolle, cette solution ne fait que "déplacer le problème" : "C'est fermer les yeux sur ces gens qui veulent aller en Angleterre et ne proposer aucune solution sur le long-terme", a-t-elle estimé.

La préfecture a demandé aux migrants de la partie sud de la "jungle" de quitter les lieux pour rejoindre "les places mises à leur disposition" notamment dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO) mis en place depuis octobre en France. Or, selon Agnès Lerolle, "il y a un gros problème d'accompagnement dans ces centres qui ont été complètement improvisés". Résultat : "Les exilés ne veulent pas s'y rendre. C'est pour cela qu'on est très inquiets de ces expulsions", a ajouté la juriste de MSF. "On ne sait pas où ces personnes vont aller."