Début ce lundi du procès de l'explosion mortelle du vapocraqueur de Carling (Moselle)

par Rédaction de France Info lundi 29 février 2016 05:22, mis à jour le lundi 29 février 2016 à 05h22

Le procès de l'explosion mortelle du vapocraqueur de Carling, en Moselle, s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Sarreguemines. Un vapocraqueur est une installation qui permet de fabriquer de l'éthylène et du propylène à partir du naphta, issu de la distillation du pétrole.
Total et l'ancien directeur du site pétrochimique sont poursuivis pour homicides et blessures involontaires. L'accident avait fait deux morts et six blessés le 15 juillet 2009. Les victimes étaient un chef d'équipe de 28 ans et un apprenti de 21 ans.

Laurent Paté, avocat de la CFDT, de la famille d'une des victimes, et de l'un des salariés blessés, dénonce au micro de France Bleu Lorraine Nord une procédure très longue, ainsi que le fait que Total conteste sa responsabilité: "Le chef d'entreprise ne peut pas éluder ses obligations simplement en se référant au respect des textes, une entreprise ce sont aussi des hommes. Cet accident n'est pas une fatalité. Il y a une entreprise multinationale extrêmement puissante qui refuse systématiquement sa responsabilité et qui couvre son directeur, quitte à impliquer les opérateurs qu'elle emploie sous ce directeur, c'est choquant. Ce sont des carences très graves dans la formation et dans l'organisation de la sécurité."

L'audience débute ce lundi à 14h au Tribunal de Sarreguemines. Il doit durer jusqu'à vendredi (4 mars).

Le dernier vapocraqueur de Total à Carling s'est arrêté définitivement en octobre 2015.