Cybercriminalité : "Il y a des pirates parce qu'il y a des clients" (spécialiste)

par Rédaction de France Info lundi 7 mars 2016 10:28

Alors que le nombre d'entreprises touchées par la cybercriminalité a presque doublé en sept ans en France, le spécialiste du phénomène Nicolas Arpagian rappelle ce lundi sur France Info qu'"il faut garder à l'esprit qu'il y a des pirates parce qu'il y a des clients". " Ça suppose qu'il y a des entreprises, des Etats, qui achètent les informations qui sont dérobées, sinon ça n'aurait pas de valeur marchande. C'est soit de l'espionnage strictement crapuleux pour obtenir de l'argent, sans violence, à l'occasion d'un virement financier, soit pour capter des secrets commerciaux, des bases de données de clients, des formules chimiques, voire des plans stratégiques."

Nicolas Arpagian cite l'exemple de sociétés de bourses en France et dans plusieurs pays européens qui avaient piraté des bases de communiqués de presse : "L'idée était d'avoir des informations avant qu'elles soient rendues publiques pour se positionner sur les marchés financiers."

Pour le spécialiste de la cybercriminalité, deux facteurs expliquent les chiffres rendus publics ce lundi dans l'étude "Global Economic Crime Survey 2016" : "Plus les entreprises françaises se numérisent, plus elles sont exposées. La deuxième explication est que les entreprises cherchent ces failles, donc il est normal qu'on en trouve. Je pense que c'est lié à une prise de conscience des entreprises qui, souvent, étaient peut-être dans une relative naïveté, en se disant que leur taille, leur localisation géographique ou leur secteur d'activité les protégeaient."

Revenant sur l'absence de mesures préventives dans certaines sociétés, Nicolas Arpagian met en avant l'absence de bénéfice immédiat : "Le fait de sécuriser n'améliore pas votre marge, ne vous apporte pas de client nouveau, vous êtes obligé d'investir, donc ça n'est pas quelque chose de naturel. Le caractère naturel des technologies est plutôt le fait de mettre votre informatique chez des prestataires, via le cloud, avec le fait de pouvoir vous connecter à n'importe quel endroit au prix le moins cher. Vous multipliez les intermédiaires qui peuvent rentrer dans votre organisation."