Crise agricole : "une profession controversée" et "une population déclassée" (F. Purseigle, professeur des universités à l’ENSA)

par Rédaction de France Info mercredi 3 février 2016 08:46

François Purseigle, professeur des universités à l'Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie (ENSA) de Toulouse, a estimé mercredi sur France Info qu'il y avait des "signes précurseurs" à la crise que traverse en ce moment l'agriculture française : "On voit cette population s'effacer depuis près de 50 ans. Il n'y a jamais eu aussi peu d'agriculteurs dans ce pays. Ils sont de plus en plus seuls dans leur exploitation. Les enfants ont quitté les exploitations, les conjoints ou conjointes ne travaillent plus sur les exploitations. Il faut s'expliquer sans arrêt auprès des banques, des conjoints."

François Purseigle souligne que le malaise va au-delà de la situation économique : "C'est une profession controversée. Rares sont les filières qui n'ont pas été mises à mal dans le débat public. Cela renforce une situation de malaise. On a une population fragilisée, déclassée."

Le professeur à l'ENSA insiste également sur les inégalités de revenus dans la profession : "Aujourd'hui, il y a des agriculteurs qui s'en sortent bien, qui ont développé des modèles alternatifs ou des modèles conventionnels qui marchent très bien. Là où l'élevage se porte bien, des jeunes s'installent, tout n'est pas que négatif, mais on a du mal à gérer les écarts de revenus. On peut vivre dans une situation de grande fragilité tout comme gagner énormément d'argent. Ce sont ces écarts de revenus qui ont du mal à passer au sein de la population agricole."