Corse : la "colère" des manifestants est "légitime" affirme Gilles Simeoni

par Rédaction de France Info mercredi 17 février 2016 09:00
Le patron de l\\\'exécutif régional corse, Gilles Simeoni
Le patron de l'exécutif régional corse, Gilles Simeoni © maxPPP

Au lendemain d'une troisième soirée de heurts en Corse entre manifestants et forces de l'ordre, le président du conseil exécutif de l'île Gilles Simeoni a affirmé mercredi sur France info que ces violences vont au-delà de la défense des supporteurs bastiais interpellés samedi à Reims.

"C'est une crise qui est multifactorielle. A l'origine il y a ce drame de ce jeune homme qui a été blessé dans des circonstances qui restent à élucider, mais, ceci étant, il y a aussi, en arrière-plan, une situation de tension avec des jeunes qui aujourd'hui ont l'impression d'une impasse politique et économique, et nous devons gérer cela. Mais nous devons le gérer en disant que les manifestations violentes ne sont pas la bonne réponse", a estimé Gilles Simeoni.

"C'est vrai qu'il y a une situation de tension, et malheureusement il y a une logique d'escalade qui est en train de se mettre en place, donc effectivement, nous appelons au calme. Ceci étant, je crois effectivement qu'il faut dire avec fermeté que ces violences ne sont pas la bonne façon d'exprimer la colère qui peut être ressentie. Cette colère, par contre, est légitime. Cette inquiétude et cette solidarité avec le jeune homme qui a été blessé samedi dernier sont compréhensibles", assure le président du conseil exécutif de la Corse.

Corse : la "colère" des manifestants "est légitime" affirme Gilles Simeoni sur France Info

Concernant la blessure subie par un supporter du S.C. Bastia samedi à Reims, dans des circonstances floues, l'élu a demandé que "des garanties" soient données "de ce que la thèse présentée initialement par le parquet, et qui a évolué au fil des jours, ne sera pas considérée comme gravée dans le marbre (...) De nombreux témoignages tendent à démontrer que le jeune homme a été délibérément blessé par un tir de Flash-ball", a jugé le président du conseil exécutif de Corse.