Camp de migrants : "J'ai eu honte à chaque pas que j'ai fait à Grande-Synthe" (Laurent Gaudé)

par Rédaction de France Info mardi 9 février 2016 11:50, mis à jour le mardi 9 février 2016 à 12h29
Laurent Gaudé, écrivain et prix Goncourt en 2014
Laurent Gaudé, écrivain et prix Goncourt en 2014 © MaxPPP

Invité de France Info ce mardi, l'écrivain Laurent Gaudé a raconté sa visite du camp de migrants de Grande-Synthe dans le Nord de la France. "Je ne pensais pas qu'en France il y avait une telle indigence de l'accueil" dit-il.

"J'ai eu honte à chaque pas que j'ai fait à Grande-Synthe", a déclaré ce mardi sur France Info l'écrivain Laurent Gaudé, lauréat du prix Goncourt en 2004 et auteur d'un reportage publié cette semaine par l'hebdomadaire "Le 1".

Laurent Gaudé, écrivain et Prix Goncourt en 2014 : "Je ne pensais pas voir cela en France"

"Je ne pensais pas voir cela en France", a ajouté Laurent Gaudé, qui s’est également rendu à Calais. "J'ai vu des camps de réfugiés dans le monde, notamment à Port-au-Prince ou en Irak, qui sont des lieux de grands désespoirs, puisque ce sont des lieux où les destins se sont arrêtés. Mais je ne pensais pas qu'en France il y ait une telle indigence de l'accueil, notamment à Grande-Synthe", près de Dunkerque, où vivent environ 1.500 migrants dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre.

"Des conditions de vie absolument indignes" 

"C'est un endroit où il y a des tentes qui se serrent sur de la boue, des amas d'immondices, des rats morts... Et il y a des gens qui vivent là", a souligné Laurent Gaudé, dénonçant "des conditions de vie absolument indignes".

L'écrivain a regretté par ailleurs l'absence de mobilisation des pouvoirs publics et des citoyens sur cette question : "On ne sent pas en France une mobilisation de Béziers à Mulhouse, en passant par Paris, qui dirait 'cela nous concerne nous, Français', et ça c'est triste parce que c'est fou."