Nicolas Sarkozy mis en examen pour "financement illégal de campagne électorale"

par Rédaction de France Info mardi 16 février 2016 20:44
Nicolas Sarkozy a ainsi été entendu toute la journée par le juge financier Serge Tournaire
Nicolas Sarkozy a ainsi été entendu toute la journée par le juge financier Serge Tournaire © MaxPPP

L'ex-président Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "financement illégal" de campagne électorale pour avoir, en qualité de candidat, dépassé le plafond légal de dépenses électorales" dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Et placé sous le statut de témoin assisté pour usage de faux, escroquerie et abus de confiance.

Entendu toute la journée par le juge financier Serge Tournaire qui est changé du dossier dit “Bygmalion-compte de campagne”, Nicolas Sarkozy a été mis en examen "du chef de financement illégal de campagne électorale pour avoir, en qualité de candidat, dépassé le plafond légal de dépenses électorales" a annoncé le procureur Mollins.  Un dépassement illégal de dépenses électorales qui a déjà entraîné le rejet de ses comptes de campagne de cette présidentielle de 2012 par le Conseil constitutionnel. "Il a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté des chefs d’usage de faux, escroquerie et abus de confiance".

Ces poursuites pour "financement illégal", même si elles apparaissent comme la version "light" du risque encouru par l'ex-président, peuvent à terme déboucher sur un procès, et donc sur une éventuelle condamnation. C'est le tout début du processus. On ne saura pas avant plusieurs mois si les magistrats décident de renvoyer ou pas Nicolas Sarkozy devant un tribunal correctionnel.

A LIRE AUSSI ►►► Le Conseil constitutionnel rejette les comptes de campagne 2012 de Sarkozy (juillet 2013)

Pour l'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, il ne s'agit que d'une "infraction formelle" : "Aucun fait lié au dossier dit Bygmalion n'est reproché au président Sarkozy."  Et il a annoncé que des recours allaient être déposés.

"Cette affaire Bygmalion est donc une affaire qui ne concerne pas (Nicolas Sarkozy) comme il l'avait toujours dit" (Thierry Herzog)